lundi, 27 février 2017, 22:56 GMT

Après une vive polémique qu’il a suscitée, la mouvance présidentielle a fini par retirer son projet d’amendement du point 2 de l’accord du 12 octobre 2016. Pour le président du Bloc Libéral (BL), Dr. Lansana Faya Millimono, qui ne désarme pas, les recommandations du point 2 sont et demeurent une forfaiture ou une manière de confisquer les droits et libertés des populations. Il l’a dit ce mardi 10 janvier au téléphone de Guinéenews.

En se référant aux communications du parti au pouvoir, le leader du BL annonce qu’ils s’apprêtent et quel que soit le moment qu’on soumettra ce projet de loi au vote, ils travailleront aux côtés des députés pour empêcher que les recommandations du point 2 des accords deviennent des lois. Selon lui, ce point ne résout aucun problème mais plutôt, il le déplace.  C’est pourquoi, a-t-il insisté, «Nous n’allons pas l’accepter».

Avant et après l’indépendance, rappelle le candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2015, les Guinéens se sont battus, ils ont payé de leurs vies et de leur temps pour avoir les droits et libertés qui sont en jeu aujourd’hui.

«J’ai compris dans la communication de la Mouvance présidentielle qu’elle semble vouloir capituler en pensant que pour respecter l’accord du 12 octobre, elle doit violer les lois et les libertés des populations. D’ailleurs, c’est contre quoi le Front se lève.  Nous ne faisons ni pour la mouvance, ni pour l’opposition. Nous le faisons pour l’intérêt général de la population», a-t-il expliqué. 

Partant toujours de la communication faite par le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, Dr. Millimono  dit  comprendre que ce sont des amendements apportés  par le RPG qui sont à la base du blocus au niveau de l’adoption de la loi. Néanmoins, Dr. Faya  affirme que cette action l’a conforté dans sa position  ainsi que celle du Front pour la Défense des Droits et des Libertés des Populations.

«Dans notre communication,  nous avons appelé les populations à rester mobilisées et vigilantes. Car, selon la communication de la Mouvance présidentielle, c’est comme si la porte est ouverte à l’adoption d’une loi qui consacre le point 2 de l’accord du 12 octobre comme une loi de la République», a-t-il alerté.  

 

Sékou Sanoh

Conakry, Guinée 224-664-35-11-21

Sékou Sanoh