dimanche, 26 mars 2017, 17:03 GMT

Depuis la barbarie qui a coûté la vie, au début du mois du janvier dernier, à deux jeunes à  Sangardo, une sous-préfecture située à 23Km de la commune urbaine de Kissidougou, la petite localité reste aujourd’hui quasiment  vidée de tous ses habitants  qui préféré aller se refugier en brousse pour échapper à l’interpellation des services de sécurité, a-t-on constaté sur place.

 


Le marché hebdomadaire et le collège sont toujours fermés. Seuls le centre de santé et l'école primaire sont pour le moment opérationnels. En outre, depuis le décès d’un de ses sages,  la population commence à revenir progressivement en ville.

Selon un témoin ayant requis l’anonymat, ce qui est arrivé est vraiment grave et  regrettable. Il qualifie ce double lynchage est ‘’inhumain’’.  ‘’Tuer des gens et mettre des bâtons dans leurs bouches, est grave ", a-t-il avoué.

Il faut par ailleurs rappeler suite à cette barbarie, les autorités locales ont procédé à l’interpellation de beaucoup d’habitants de Sangardo dans le cadre des enquêtes qui ont été ouverte, à cet effet.

Une dépêche de Souleymane Taire Diallo depuis Kissidougou pour Guinéenews

La Guinée par les Guinéens.

Guineenews