lundi, 27 février 2017, 20:21 GMT

Depuis trois jours, le carburant surtout l'essence se fait rare dans les stations de distribution des lubrifiants à Coyah, préfecture située à 50 Km dans les périphéries de Conakry.

 

Au marché noir, le prix d'un litre d'essence varie entre dix mille et quinze mille francs guinéens. En conséquence, c’est l'augmentation vertigineuse des frais de transport entrainant la difficulté de déplacement des citoyens et de leurs biens. Car les frais de transport urbain et interurbain ont tous augmenté.

 

De mieux, les derniers litres ont été raclés par les détaillants du marché noir qui sont en train de le commercialiser.

 


La question que l'on se pose est de savoir à quand la fin de cette pénurie ? Et pourquoi, cette pénurie ?

Coyah, Basse Guinée

Etienne Tamba Tenkiano