mardi, 17 janvier 2017, 08:49 GMT

 

«On a appris que le président de l’Assemblée nationale aurait soustrait du budget du parlement un montant avoisinant les 600 millions de nos francs pour payer son complément de cotisation de retraite à la Banque centrale… Comme il vole  l’argent de l’Assemblée nationale, il ponctionne sur les frais ou les émoluments des députés » 

Le président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano est accusé d’avoir soutiré 600 millions GNF du budget de l’institution pour payer ses cotisations au niveau de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG) où il travaillait avant de prendre sa retraite.

Ce sont les députés du groupe parlementaire libéral démocrate qui l’ont annoncé le mercredi 4 décembre par la voix de Jean Marc Telliano, président du RDIG.

«On a appris que le président de l’Assemblée nationale aurait soustrait du budget du parlement un montant avoisinant les 600 millions de nos francs pour payer son complément de cotisation de retraite à la Banque centrale», a accusé Jean Marc Telliano avant d’affirmer que n’ayant pas de l’argent par le passé, l’occasion était opportune pour Kory Kondiano de payer ses cotisations : « Comme il n’avait aucune ressource par le passé, il n’a pas pu s’acquitter de ses cotisations. C’est une aubaine pour lui de soustraire dans le budget de l’Assemblée nationale plus de 600 millions GNF qu’il verse à la BCRG pour faire prévaloir ses droits à la retraite. »

Pour le président du RDIG, aucun député ne sait comment est géré le budget de l’Assemblée nationale. Ce qui signifie, selon lui, l’opacité dans la gestion de l’argent du parlement : « nous avons sollicité une enquête parlementaire pour élucider l’opinion nationale et internationale sur cette affaire. A nos jours, nous qui examinons les budgets de tous les départements, nous ne savons même pas comment notre propre budget est géré. A maintes reprises, nous avons demandé un huis clos parce que notre budget est géré dans l’opacité. Si le président de l’Assemblée nationale se permet de prendre 600 millions dans notre budget pour les verser à la Banque centrale, c’est parce qu’il n’y pas de transparence. »

Plus loin, Jean Marc Telliano accuse le président de l’Assemblée nationale d’avoir ponctionné sur les primes des députés : «comme il vole  l’argent de l’Assemblée nationale, il ponctionne sur les frais ou les émoluments des députés. Moi, personnellement j’ai été victime. Malgré que je sois malade, je n’ai jamais manqué à une plénière et tous les travaux des commissions. Les ministres que je devais recevoir relevant de ma commission ont été reçus par moi-même malgré mon état de santé parce que j’ai été élu pour cela. Il a ponctionné 3 millions 500 mille. Il n’en a pas le droit ni  la qualité. C’est le peuple qui m’a élu qui peut ne pasrenouveler sa confiance aux échéances prochaines. Mais, je ne vois aucun texte qui peut dire qu’un député qui s’absente, alors que je ne me suis jamais absenté (…). Il y a des députés à qui on a soutiré 1 million 800 mille alors qu’ils n’ont jamais assisté à cette session budgétaire. Comme ils sont du RPG, ils ont été favorisés. »

Alhassane Bah