Parlement : Le ministre de la Défense déplore la réduction de son budget

07 décembre 2017 17:17:54
0

Le ministre d’Etat à la présidence de la République chargé de la Défense nationale, le Dr Mohamed Diané, a présenté le budget alloué à son département au compte de l’année 2018 ce jeudi 7 décembre, à l’Assemblée nationale.

A l’entame de ses propos, Mohamed Diané a fait savoir qu’il vient défendre un budget réduit de 15% par rapport à l’allocation pour l’exercice 2017.  Au compte de l’année 2018, le ministère de la Défense nationale reçoit une allocation budgétaire de 526 milliards 701 millions 502 mille GNF contre  1 792 milliards 273 millions 17 mile 891 GNF en 2017, soit une diminution de 15%.

Selon lui, ce budget avait connu une petite augmentation afin de faire face à certaines difficultés. Avec un budget amputé de 15% de celui de l’exercice passé, le ministère de la Défense va faire face à une situation plus compliqué pour l’exercice 2018.

« En dépit de l’effort fourni par mon département, force est de reconnaitre que certains de nos besoins en matériels et en équipements demeurent entiers. Au regard de ces défis énormes dont mon département a charge de relever, le projet de budget 2018 diminue drastiquement nos prévisions. […] Monsieur le président de l’Assemblée nationale, je voudrais vous faire remarquer que l’allocution initiale de l’exercice 2017 avait fait l’objet de rallonge budgétaire pour permettre de résoudre les difficultés survenues. Le plafond de l’exercice 2018, tel qu’il est prévu par le cadrage budgétaire, nous expose à une situation plus compliquée, au regard de l’accroissement  des charges incompressibles  et des missions stratégiques du département », a-t-il déploré.

En décembre 2014, l’Assemblée nationale avait adopté la Loi de programmation militaire (LPM) qui devrait soutenir l’armée dans plusieurs domaines. Mais elle n’est toujours pas mise en œuvre. Ce qui, selon le Dr Diané, n’est pas sans conséquences : « La loi de la programmation militaire (LPM) adoptée en 2014 devrait être la boussole de l’action du département de la Défense. Elle devrait permettre la montée en puissance de l’armée redimensionnée, formée, équipée et capable de faire face aux défis sécuritaires actuels. Malheureusement, il en est autrement, car les ressources qui devraient être allouées à la mise en œuvre de la LPM à partir de 2015 peinent à être mises à la disposition du ministère de la Défense nationale en dépit de l’allocation d’un crédit exceptionnel en 2016 qui a permis de poursuivre l’exécution des contrats dégelés. […] Or, sans son exécution correcte, la réforme du secteur de défense n’atteindra pas ses objectifs attendus. »

Au cours de l’exercice 2018, le département de la Défense nationale n’a obtenu que 30 milliards GNF au titre des investissements qu’il devra faire. Ce qui a amené le ministre Mohamed Diané à demander aux députés si avec ce montant son département pourra réaliser les travaux que sont les siens.

« En guise d’illustration, dit-il, avec ce budget d’investissement 2018 d’un montant de 30 milliards GNF, pouvons-nous réparer les canonnières de l’armée de mer pour faire face à la piraterie maritime, afin de maintenir le ‘’carton vert’’ remis par le président de la République en 2016 ? Pouvons-nous équiper la gendarmerie pour faire face aux multiples défis sécuritaires à l’intérieur du pays ? Pouvons-nous équiper l’armée de terre pour mieux sécuriser les frontières face aux menaces djihadistes ? Pouvons-nous ressourcer les aéronefs de l’armée de l’air pour la surveillance et la défense de l’espace aérien ? Pouvons-nous rembourser l’avion CASA qui s’est écrasé au Libéria avec 11 de nos vaillants soldats ? Pouvons-nous nous engager dans les opérations intérieures et extérieures jusqu’à 2000 hommes sur un préavis de 48 h, sans limitation de durée ? Pouvons-nous construire de nouveaux abris pour les militaires déployés le long des frontières ? ». 

Voilà des interrogations qui méritent bien d’avoir des réponses claires, surtout quand on parle de sous équipement des forces armées au niveau des frontières.