Ouverture de la session budgétaire: l’appel de Kory Kondiano aux acteurs politiques

05 octobre 2017 15:15:50
0

Les travaux de la session budgétaire consacrée à l’examen et à l’adoption de la loi de finances initiale 2018 ont débuté ce jeudi 5 octobre au siège du parlement guinéen.

Cette session s’ouvre après la tenue des débats d’orientation budgétaire (DOB) qui n’avaient pas pu se tenir lors de la session extraordinaire, organisée il y a quelques semaines.

Dans son intervention, El hadj Mohamed Lamine Fofana, conseiller du président de la République chargé des institutions, a expliqué l’importance de cette session budgétaire: “Cette session appelle de votre part l’examen et la loi de finances initiale 2018 afin de doter monsieur le président de la République et son gouvernement les moyens nécessaires à la détermination et à la conduite de la politique nationale de développement. Elle s’ouvre au lendemain d’une session extraordinaire consacrée à la loi de finances rectificative 2017 qui permettra au gouvernement de respecter et d’appliquer de façon rigoureuse les règles de gestion qui régissent les finances publiques.”

Quant au président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, il a entamé son intervention par souhaiter joueuse fête aux députés pour la célébration du 59ème  anniversaire de l’indépendance de la Guinée.

“Les objectifs de cette indépendance, encore d’actualité, doivent faire comprendre aux héritiers que nous sommes, la nécessité à continuer notre effort collectif de tous les jours pour défendre notre liberté politique acquise et pour gagner la bataille du développement économique et social qui reste encore une bataille à laquelle nous devrons nous consacrer à fond”, a-t-il souligné.

Sur le plan économique, le président de l’Assemblée s’est félicité de la tenue des débats d’orientation budgétaire les 3 et 4 octobre avant de qualifier les accords de coopération signés récemment entre de la Guinée et la Chine d’une part, la Guinée et la Russie d’autre part, de fructueuses offensives diplomatiques: “notre session s’ouvre dans un contexte qui a été précédé par des fructueuses offensives diplomatiques de notre gouvernement en Chine et en Russie qui ont permis la signature d’importants accords de coopération bilatérale. Ces accord vont, sans doute et dans le meilleur des cas, impacter durablement et positivement le cours de notre marche pour l’épanouissement et le bien être  des Guinéens.”

Il a exhorté le gouvernement à accélérer la finalisation desdits accords afin que l’Assemblée nationale les ratifie: “la représentation nationale encourage le gouvernement à accélérer la finalisation de ces accords des coopération afin qu’elle puisse les examiner et les ratifier en toute connaissance de cause dans l’intérêt supérieur de nos vacillantes populations.”

Ces accords vont permettre la réalisation de plusieurs projets en Guinée. Le président du parlement soutient que ces projets sont porteurs d’espoir pour la croissance économique de la Guinée: “la mise en œuvre des projets structurants, fruit de cette coopération, tels qu’annoncés dans les comptes rendus officiels, est porteuse d’espoir dans la création des conditions structurelles et quantitative pour stabiliser et relancer notre économie, mais surtout soutenir l’emploi de la jeunesse grâce à des investissements productifs.”

S’agissant de la tenue prochaine des élections locales, Claude Kory Kondiano s’est dit satisfait de la date proposée par l’organe de gestion électoral, avant d’inviter les parties prenantes de l’accord du 12 octobre 2016 à œuvrer pour l’application de tous les points qui ont fait l’objet de consensus “je note avec satisfaction l’échéance du 4 février 2018 fixée par la CENI pour l’organisation des élections communales et communautaires. Je souhaite ardemment que les principaux points d’accord qui ont fait l’objet de discussions consensuelles entre le gouvernement et toutes les parties prenantes soient satisfaits. C’est pourquoi je réitère mon appel à tous les acteurs politiques et institutionnels à persévérer dans le dialogue pour la consolidation de la paix et l’édification d’une société démocratique et unie.Notre pays a besoin de paix, car la paix est une variable essentielle de développement. Ce fait implique l’adhésion de toutes les forces, les forces vives, les forces politiques et les instances de l’État.”