Ouaga : comment le déçu Dadis accepta de rencontrer le furieux Sékouba en 2010 ?

29 septembre 2017 11:11:11
1

En janvier 2010, Dadis Camara, qui poursuivait sa convalescence au Burkina Faso, accepta, mais très difficilement, de rencontrer à Ouagadougou, son successeur, Sékouba Konaté.

Un des artisans de ce rapprochement, Dr Moustapha Koutoub Sanoh, secrétaire général des affaires religieuses au moment des faits, a accepté de dire sa vérité dans son livre « Le CNDD, la transition et moi », qui sera dédicacé ce samedi au centre culturel franco-guinéen.

En visite de consultation périodique avec le médiateur de la crise guinéenne d’alors, Blaise Compaoré, le président de la transition fit le voyage avec Dr Koutoub Sanoh. Après les entretiens officiels, Dr Sanoh proposa au premier de rendre visite à son frère d’armes, Dadis Camara, pour lui présenter ses condoléances, suite au décès de son fils au Canada.

Cela faisait plus de neuf mois que les deux frères d’armes s’étaient séparés. Le courant ne passait plus. Les relations étaient comme rompues et les communications devenues rares.

Acte 1 : le président d’alors, Blaise Compaoré, demanda à son chef d’état-major particulier, Gilbert Diendéré, et à son ministre des AE, Djibril Bassolé, d’aller informer Dadis Camara que Sékouba Konaté souhaitait lui rendre visite et lui présenter ses condoléances.

Acte 2 : Dadis chargea les émissaires de dire à Sékouba que ce n’était pas la peine de faire le déplacement. Il ne souhaitait pas être interrompu par autre chose que par ses prières.

Acte 3 : ce compte-rendu des émissaires fit rougir Sékouba Konaté, il se sentit très humilié et touché. Il répliqua qu’il ira le voir, qu’il le veuille ou pas parce qu’il souhaitait lui dire des choses directement en face et sans intermédiaire.

Acte 4 : Dr Sanoh se rendit à la résidence de Dadis mais des consignes avaient été données de ne laisser passer personne, y compris les officiels burkinabé, jusqu’à nouvel ordre. Il fut reçu par Dadis; cela faisait un an qu’ils ne s’étaient pas vus.

Acte 5 : Dr Sanoh présente ses condoléances, fait des prières et propose à Dadis d’accepter de recevoir son ami. Réponse de l’intéressé : dites-lui que votre présence me suffit.

Acte 6 : après une heure d’échanges, Dadis s’adressa à Dr Sanoh en ces termes : « à cause de vous et des principes religieux que vous venez de citer, je serais là pour l’accueillir pour les prières mais j’espère que cela ne va pas dépasser cinq minutes au maximum ».

Acte 7 : le cortège de Sékouba arriva chez Dadis. Les deux se saluèrent froidement. Ordre fut donné de vider les journalistes et de cesser tout filmage. Après le départ des journalistes, Dr Sanoh convainquit Dadis d’accepter la prise d’une image historique entre les deux.

Acte 8 : les deux hommes eurent un face-à-face pendant environ 45 minutes. Leur entretien terminé, ils sortirent, puis se serrèrent la main en souriant devant la caméra. Le président de la transition, Sékouba Konaté, était content de la médiation réussie par Dr Sanoh.

 

 

 

  • Alpha Oumar Telli Diallo

    Wow – il mérite le prix Nobel de la paix pour cela pour cette photo historique !