mercredi, 29 mars 2017, 01:25 GMT

 

Mouctar Diallo, président des Nouvelles forces démocratiques (NFD) a indiqué mardi 10 janvier qu’il s’oppose à deux points de l’accord politique du 12 octobre 2016. C’est notamment le point sur l’indemnisation des victimes des violences politiques et le point 2 dudit accord relatif au mode de désignation des chefs de quartiers et présidents de districts.

 

« La position des NFD ne souffre d’aucune ambiguë. Nous avons dit clairement et à haute intelligible voix que les NFD se démarquent de deux points de l’accord du 12 octobre. Le premier point c’est l’indemnisation des victimes limitée seulement à celles de 2013. Nous sommes favorables à l’indemnisation, mais à l’ensemble des victimes ; pas seulement à celles de 2013, parce qu’il y a eu des victimes avant après 2013. Le deuxième point c’est le point 2 de l’accord. Nous avons dit, nous l’assumons, et nous maintenons que l’opposition a cautionné le recul démocratique. Nous avons nos arguments, mais nous nous réservons de les exposer ici au risque de favoriser une polémique entre nous et ce n’est pas notre souhait », a déclaré le président des NFD lors de la conférence de presse de l’opposition organisée pour expliquer les difficultés liées à l’application notamment du point 2 de l’accord politique du 12 octobre.

 

« Nous maintenons aussi que nous sommes membres à part entière à l’opposition républicaine, à moins qu’on nous exclue. Nous comptons œuvrer au renforcement de l’opposition en général et l’opposition républicaine en particulier », a-t-il ajouté.

 

Cette position de Mouctar Diallo reste ambiguë  aux yeux des analystes politiques, puisqu’il participe à toutes les réunions de l’opposition qui sont pourtant consacrées uniquement à l’application du point 2 de l’accord politique, point auquel s’oppose l’ancien ministre de l’Elevage.

 

Voir le lien vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=cE42-hUbKrY 

Alhassane Bah