N’zérékoré : quand Alpha Condé sermonne Remy Lamah et promet de « l’utiliser » à nouveau

08 octobre 2017 10:10:18
1

Le président guinéen Alpha Condé était samedi 07 octobre 2017, à Gouécké dans la préfecture de N’zérékoré pour l’inauguration d’un centre de santé amélioré financé par la BID à plus de 8 milliards de francs guinéens.

Dans un long discours de plus d’une heure, le président Condé comme d’habitude s’est attaqué à la gestion de ses opposants qu’il accuse d’avoir pillé le pays. Pour Alpha Condé, les cadres guinéens ne se sont jamais soucieux de l’avenir de ce pays sauf « bouffer ».

« Ceux qui viennent vous racontez des histoires ici, ils ont commandé la Guinée pendant 26 ans aux côtés du président Conté. Nous allons faire le bilan. Le président Conté disait « moi, je ne suis pas politique, je suis militaire. Si c’est bien, faites ». Le président Sékou Touré a laissé plus de 100 usines. Où sont ces usines ? Elles ont toutes disparues. Où se trouvent le chemin de fer Conakry-Kankan, Air Guinée, notre compagnie maritime ? Tous ont disparu. Alors, nous allons faire le bilan pour dire qui est qui », a promis Alpha Condé.

Et d’assener : « Des gens qui s’agitent viennent vous voir ou des cadres malinkés malhonnêtes qui ont pillé ce pays pour dire qu’Alpha a insulté les malinkés. Nous allons montrer qui est qui. Les masques vont tomber et on verra le vrai visage de chacun. (…) on va comparer ce qu’ils ont fait en 26 ans et ce que moi j’ai fait en 6 ans. Trop c’est trop, les gens viennent vous mentir alors que ce sont eux qui ont mis ce pays à terre. On va commencer à parler maintenant parce que quand tu danses avec un aveugle, il faut lui piétiner de temps à autre pour qu’il sache qu’il n’est pas seul. »

A Gouécké, le président Condé était accompagné par le ministre de la santé Abdourahmane Diallo et l’ancien ministre du même département et fils de la localité, Remy Lamah qui aura également sa part de dose dans le discours.

« Je suis venu avec les deux ministres qui se sont succédés à la santé. Parce qu’avant que lui (Abdourahmane Diallo NDLR) ne viennent, c’est le colonel Remy qui a fait le travail. Ce sont eux qui étaient là quand Ebola a commencé. Le gouvernement se renouvelle. Si un cadre travaille mal, je suis obligé de l’enlever même si c’est mon fils. S’il n’est pas honnête je vais l’enlever sinon le pays n’ira pas de l’avant. Si quelqu’un travaille mal il ne faut pas dire qu’il est guerzé ou malinké et qu’on ne peut pas l’enlever. S’il travaille mal je vais l’en-le-ver. Mais, il est utile à la Guinée et il sera utilisé comme les autres. », dira-t-il.

Poursuivant, le numéro un guinéen qui a toujours clamé qu’il ne connaît pas les cadres guinéens dira qu’il a commencé à les connaître.

« Le malheur de la Guinée est qu’il y a de bons cadre mais on fait tout pour que je ne les connaisse pas. Mais je commence à les connaître. Au début je ne connaissais pas parce que je vivais dehors, j’étais un exilé et je ne connais pas les cadres », conclut-il.

  • CONDÉ ABOU

    En vous lisant, je n’ai pas du tout l’impression que le Président de la République ait sermonné dans ses propos le Médécin-Colonel Rémy Lamah. Bien au contraire, si j’ai bien compris votre papier, le Président de la République vient de reconnaître publiquement les mérites historiques du Médécin Colonel Rémy Lamah. Il l’a très bien fait d’ailleurs de mon point de vue, pour un haut Cadre du pays, et qui le mérite largement en toute objectivité.

    Le Président a fait une juste reconnaissance à l’endroit de l’ancien Ministre de la Santé Publique dont le courage et la détermination ont été salués par la communauté scientifique internationale dans la lutte contre une épidémie que l’Afrique de l’Ouest n’avait jamais connue auparavant, avant de surgir et de se propager à partir de la Guinée en 2013.

    Dans le désastre et l’enfer de l’épidémie Ebola, et qui a mis en branle les Chercheurs du monde entier ainsi que les Gouvernements des pays les plus nantis du monde (USA, Canada, France, Russie, et autres…) l’Équipe médicale de la Guinée dirigée par le Médécin-Colonel Rémy Lamah en tandem avec l’Equipe de Dr. Sakoba Keita a fait honneur au pays sur toutes les tribunes du monde entier.

    En réalité la communauté scientifique internationale n’avait pas de remède miracle contre Ebola, lorsque le virus avait été identifié en Guinée par les Laboratoires de recherche biomédicale.

    La responsabilité individuelle des dirigeants du Ministère de la Santé Publique de l’époque, n’était donc pas du tout en cause, dans l’apparition de l’épidémie Ebola en Guinée. C’est la désintégration du système de santé publique en Guinée, faute de budgets d’investissement adéquats sur une longue période, qui a plongé tout le pays dans l’enfer d’Ebola.

    Ce que l’histoire retiendra aussi c’est que le Médécin-Colonel Remy Lamah et Dr. Sakoba Keita sont restés en première ligne en acceptant dans l’intérèt du pays, d’être les premiers cobayes qui ont permis aux Scientifiques et Laboratoires de recherche de mettre au point les tout nouveaux vaccins anti-Ebola.

    Sans leur courage hors pair et leur professionnalisme tellement risqué, peut-être que les Chercheurs et Scientifiques y compris à l’OMS ne seraient pas arrivés aux résultats scientifiques actuels.

    Le Président de la République n’a fait que dire la vérité de manière claire et nette à la face du monde en reconnaissant à la précédente Equipe manageriale du Ministère de la Santé Publique, ses mérites professionnels pour endiguer le fléau d’Ebola en Guinée.

    Nous sommes redevables au Président de la République pour la pertinence incontestable de l’inestimable reconnaissance qu’il vient de rendre à notre compatriote le Médecin-Colonel Remy Lamah.
    Merci Monsieur le Président de la République, et merci pour la courtoisie de Guineenews.