Sila Bah : «Nous aurons les élections quand l’Exécutif le voudra»

18 septembre 2017 13:13:33
0

Pour nombre d’acteurs de la vie politique guinéenne notamment de l’opposition, l’organe de gestion des élections en Guinée reste inféodé au pouvoir central. Donc, à l’Exécutif. Un avis que partage sur toute la ligne le député Alpha Ibrahima Sila Bah.

Pour le président du Parti guinéen pour la renaissance et le progrès (Pgrp), il faut que l’ensemble des acteurs politiques du pays tiennent compte de l’urgente nécessité de créer un climat de sérénité et de paix afin de permettre à la Guinée de s’attaquer aux vrais problèmes de développement, à la satisfaction des besoins primaires de la population guinéenne. Toute chose qui passe forcément par la tenue des élections locales. Hélas !

«Les élections locales comme vous le savez, on a passé plus de 12 ans sans les avoir. Or, la démocratie commence à la base», enseigne le parlementaire.

Le retard dans l’accomplissement de ces élections, l’honorable Sila Bah l’impute en premier chef à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) qui reste incessamment dans une logique de toujours réclamer des moyens pour qu’elle puisse organiser les élections. Une démarche dénoncée par le président du Pgrp qui  a une toute autre perception.

«Il faudrait que nous ayons une Ceni qui prend toutes ses responsabilités pour fonctionner en tant qu’institution indépendante pour l’organisation des élections. Et que cette Ceni ne devienne pas un département lié à l’Exécutif et où les gens ne se préoccupent plutôt que de la bouffe. Parce que si j’ai bien compris, essentiellement, tout le tralala qu’on a eu là, c’est parce que les gens ne sont pas contents au sein de cette institution.»

Demandant aux uns et autres de ne pas se voiler la face, M. Bah estime pour sa part que les élections locales n’auront lieu que  lorsque l’Exécutif décidera qu’elles se tiennent.