Mort d’un jeune maçon à Labé : acte d’immolation ou accident, la polémique fait rage dans la ville

16 juin 2017 21:21:41
0

Voilà la question que tout le monde se pose depuis quelques heures dans la commune urbaine de Labé suite à la mort d’un jeune célibataire de la vingtaine qui se serait donné la mort samedi dernier par immolation, soutiennent certaines sources pendant que d’autres affirment qu’il est mort accidentellement, a appris sur place Guinéenews.

Le drame s’est produit le weekend dernier à Safatou 2, un quartier périurbain de la commune urbaine de Labé, précisément dans le secteur Pellel Seleyabhé.

Joint au téléphone  jeudi dans la soirée, monsieur Mamadou Bobo Diallo qui est le président du Conseil de quartier de Safatou 2, a confirmé l’information tout en précisant qu’il s’agit d’un jeune maçon, âgé de 27 ans et qui répond au nom d’Amadou Korka Diallo. Selon lui, les faits remontent au samedi 10 juin 2017 aux environs de 19 heures quand le jeune en question s’est donné la mort en s’immolant par le feu.

«C’est aux alentours de la prière de 19 heures que l’incident s’est produit. Il s’agit d’un jeune qui s’est aspergé d’essence et autres produits comme la drogue. Selon ce qu’on m’a rapporté, la victime aurait acheté une grande quantité d’essence de laquelle il aurait enduit son corps et aurait bu le reste. C’est après qu’il s’est mis le feu. À l’arrivée du voisinage, le feu avait déjà pris tout son corps. C’est ainsi que la population a tenté de maitriser les flammes et par la suite l’a transporté à l’hôpital régional de Labé où il a malheureusement rendu l’âme», a raconté le chef du quartier Safatou 2 au micro de Guinéenews.

Contrairement à cette première version du chef du quartier, Dr Amadou Mouctar Diallo, le médecin légiste de l’hôpital régional de Labé parle d’un accident. «D’après les explications, c’est comme s’il manipulait l’essence tout en fumant. Ce qui a favorisé la propagation subite du feu sur tout son corps. Ce n’est pas un suicide mais plutôt un accident. Plusieurs parties de son corps était brulée et puis des brulures de deuxième et troisième degré. Le corps était brulé à plus de 80 %. Ils l’ont déposé à l’hôpital la nuit et il est décède le lendemain c’est-à-dire le dimanche vers 16 heures », précise le médecin légiste de l’hôpital de Labé.

Aux dernières nouvelles, le corps a été restitué à la famille qui par la suite a procédé à son inhumation. Pour l’instant, toutes nos tentatives d’avoir un membre de la famille du défunt, sont restées vaines.

Alaidhy Sow Labé, pour Guinéenews.org