Mise en place du Conseil national des Jeunes de Guinée : top chrono, c’est parti

06 juin 2017 15:15:10
0

A l’instar de la Côte d’ivoire, du Burkina Faso et du Sénégal, la Guinée veut se doter d’un Conseil national des jeunes (CNJ), plateforme de concertation des organisations de jeunesse, qui se veut consultative envers les pouvoirs publics et représentative envers les jeunes.
C’est dans cette dynamique, que le ministère de la jeunesse a organisé, ce mardi, des ateliers d’appropriation des textes juridiques, dans un premier temps, à Conakry, Kankan, Faranah et Mamou.

Objectif : expliquer aux jeunes les mécanismes liés à la mise en place du CNJ et permettre aux uns et aux autres de rentrer en contact avec les avants projets à amender.
A Conakry, cet atelier d’appropriation des textes a été organisé à la maison des jeunes de Ratoma, sous la conduite du secrétaire général du ministère de la jeunesse, Sidiki Touré. C’était en présence des partenaires, des représentants des élus locaux et des délégués des cinq directions communales de la jeunesse de Conakry.
Présent à la cérémonie, Abdourahmane Sagnane, chargé de Programmes Jeunes à l’UNFPA, a fait savoir que la mise en place du Conseil national des jeunes de Guinée « permettrait de développer le leadership de la jeunesse pour une participation citoyenne à l’édification d’une nation forte et prospère. Car, dit-il, la jeunesse constitue un atout incontournable pour le développement durable et inclusif ».
Poursuivant son discours, M. Sagnane a également indiqué que l’investissement dans la jeunesse est « essentiel » pour l’avenir des pays, tout en ajoutant que la mise en place du Conseil National de la Jeunesse (CNJ) de Guinée est également l’une des recommandations phares de la consultation des jeunes, organisée en 2015.
« L’UNFPA ayant au cœur de son mandat l’accomplissement du potentiel des jeunes a jugé utile d’accompagner cette initiative à portée nationale », a-t-il martelé. « Je réitère l’engagement du fond des Nation-Unies pour la population à soutenir techniquement et financièrement la mise en place de cette structure conformément aux recommandations de la charte africaine de la jeunesse », a-t-il promis.

En réponse, le secrétaire général du ministère de la jeunesse, Sidiki Touré, représentant son patron, Moustapha Naité, en mission, dira que la mise en place du CNJ est une préoccupation majeure de son gouvernement. « L’atelier de Conakry, comme les ateliers qui se tiennent dans les 7 régions de notre pays, doit permettre aux jeunes, à travers les participants, de comprendre et de maîtriser le contenu des textes qui vont être soumis, ainsi que tout le processus », a-t-il indiqué.
En réalisant cette opération, poursuit-il, le gouvernement entend doter les jeunes d’un organe de concertation, de dialogue, d’action et de représentation. « L’organe servira aussi au gouvernement et à ses partenaires d’organe consultatif qui doit favoriser une réelle implication des jeunes à toutes les réflexions les concernant », dit-il.
En plus de Conakry, ces appropriations des textes juridiques se feront dans tout le pays.