Menace des victimes de pillages: commerçants et ministère du Commerce s’accordent sur la poursuite du dialogue

28 juillet 2017 13:13:10
0

Suite à la menace du collectif des victimes de pillages enregistrés lors des manifestations politiques, le ministre du Commerce a convié ledit collectif, les responsables du GOHA et les chambres de Commerce de Conakry à une réunion de concertation  jeudi  27 juillet à Conakry. Une réunion qui visait à trouver une solution par le dialogue en vue du maintien d’un climat de paix favorables aux activités commerciales dans le pays.

«Le ministre nous a invités et nous sommes venus. Nous l’avons rencontré, il a fait des propositions et il a aussi pris certains engagements. Je pense qu’il est de notre rôle en tant qu’organisation de promotion et de défense des opérateurs économiques, d’aller faire la restitution exacte de ce que le ministre vient de nous dire. Je pense aussi que le collectif des commerçants victimes de pillages fera la même chose. La restitution à la base, c’est plus que nécessaire pour tous. C’est là-bas qu’ils vont prendre des décisions parce que la décision ne vient pas de nous automatiquement », a expliqué Chérif Haidara, président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA).

Selon lui, le ministre du Commerce a fait de très bonnes propositions en prenant l’engagement de rencontrer son homologue de l’Administration du Territoire pour mieux expliquer les soucis des opérateurs économiques. « Je pense que c’est une très bonne chose pour nous pour le moment.  Je ne peux pas aller au-delà de cela pour faire des commentaires », a souligné Chérif Haidara.

Pour sa part, Chérif Topka, porte-parole du collectif des victimes de pillages de 2010 tout en appréciant l’initiative du ministre du Commerce qui vise à maintenir un climat de paix, a promis de rendre compte à la base: «le ministre du Commerce nous a invités pour nous demander de suspendre la grève du 3 août et nous sommes derrière lui. Il nous a demandés d’œuvrer pour le maintien d’un climat de paix et tout le monde veut la paix. La paix n’a pas de prix, sans elle rien ne peut marcher. Nous allons exécuter tout ce qu’il va dire. Seulement, ce qu’on a demandé au gouvernement, c’est de nous aider à satisfaire ce’ que nous avons demandé. Et maintenant nous allons faire le compte-rendu à ceux qui nous ont envoyés en leur disant que le ministre nous a demandés de garder le calmer et qu’il va poursuivre le dossier. Donc je remercie monsieur le ministre et nous sommes à l’écoute », s’est-il réjoui.

Pour sa part, Mamadou Baldé, représentant des Chambres communales de Commerce de Conakry, a salué la démarche du ministre du Commerce qu’il juge très salutaire et qui, à son avis, va dans le sens de l’assistance de l’ensemble du secteur privé pour le développent du Commerce. « La contribution de l’ensemble des chambres communales est déjà promise au ministre du Commerce. Nous allons intervenir dans le sens de d’accompagner le ministre, nous allons user de tous nos efforts pour expliquer à nos collègues opérateurs économiques et nous allons aussi prier que les responsables du collectif des victimes accompagnent le ministre pour l’accomplissement de la promesse de règlement des victimes dans le cadre du dialogue », a-t-il souhaité.

Pour le ministre du Commerce, l’objet de la rencontre, était d’abord d’écouter les opérateurs du collectif des victimes et échanger avec eux sur les nécessités du maintien de la paix et de la quiétude dans le pays. «Vous n’êtes pas sans savoir que nous sommes dans un domaine des affaires et on dit souvent en mot très simple que l’argent a peur du bruit. Donc, il fallait d’abord écouter le collectif, les représentants des chambres communales de Conakry, le GOHA qui est une organisation de la société civile qui encadre ce collectif et convenir sur la nécessité de la paix, faire en sorte que l’on mette en avant le dialogue, la compréhension et la continuation des négociations. En tant que ministre du Commerce, je me porte volontiers à transmettre à qui de droit tout ce que j’ai écouté pour qu’on puisse, dans le dialogue et dans la compréhension, aller dans le sens de la résolution de ce problème », a promis Marc Yombouno.

Pour le ministre du Commerce, la rencontre a été une réussite : « le fait de venir à la rencontre et que le collectif soit fortement représenté que le GOHA soit là, c’est déjà une première réussite. Et du fait chacun ait accepté de transmettre le message à la base pour décision finale, nous disons que c’est déjà une très bonne chose. Nous allons dans le sens de l’apaisement. Tout ce que nous dirons aux opérateurs économiques de la Guinée, c’est de garder la sérénité, c’est de faire en sorte que la paix, la confiance en soi et aux autres, aux institutions de l’Etat misent pour la résolution de tout problème. Mais le facteur essentiel dans le développement de notre secteur, c’est la paix ».