lundi, 20 février 2017, 15:56 GMT

 

‘’Comment lutter contre les violences commises contre les journalistes ? ’’ La question a réuni ce mardi, 8 novembre 2016 dans la salle Mohamed Koula Diallo à Maison de la presse, les Hommes de médias autour d’un nouveau concept ‘’Café-débats’’, initié par l’Association des journalistes pour le développement durable (AJDD Guinée). 

 

Ce nouveau cadre d’échanges a été créé à l’occasion de la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre  les journalistes commémorée le 2 novembre de chaque année. Une date choisie en mémoire de l’assassinat de deux journalistes français au Mali, le 2 novembre 2013. 

 

Offrant une opportunité pour attirer l’attention du public sur l’importance de la sécurité des journalistes, pour le président de l’AJDD, Hassane Hilal Sylla « cette journée revêt donc une grande importance pour les organismes des Nations Unies les gouvernements, les médias et la société civile ainsi que de nouveaux acteurs potentiels dans un domaine où, jusqu’à présent, il n’y a pas eu d’occasion de traiter les problèmes de manière synergique ». 

 

Au compte de ce premier café-débats, quatre intervenants : Ibrahima Sory Traoré, Administrateur du site Guinée7, Aboubacar Camara, Secrétaire général de l’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI), Commandant Mamadou Alpha Barry, chargé de communication de la Gendarmerie nationale et Sidy Diallo, Secrétaire général du Syndicat des professionnels de la presse de Guinée. 

 

Ils ont tous, tour à tour, dénoncer de nombreux maux dont sont victimes les journalistes mais surtout le manque de solidarité dans la corporation amenant ainsi, les politiques a utilisé les médias à leur guise. Notamment dans l’affaire d’assassinat de Mohamed Koula Diallo, journaliste à Guinée 7, au siège de l’UFDG qui a pourtant connu, un bon élan de solidarité avec la journée sans presse. 

 

Pour remédier aux violences faites à l’égard des journalistes, Commandant Barry, chargé de communication de la gendarmerie nationale s’est proposée d’accompagner les journalistes auprès du Haut Commandant pour bénéficier dit-il « d’une formation militaire », afin de les permettre d’utiliser le terrain pendant les manifestations politiques dont ils seront appelés à couvrir, tout en ne risquant pas leur vie. 

 

Il faut dire que ce thème a suscité un réel débat dans la salle entre journalistes et les intervenants du jour. La Haute autorité de la communication (HAC) également représentée par le Commissaire Mory Fofana n’a pas manqué d’inviter les journalistes victimes de violences à saisir la HAC au même titre que les citoyens qui se sentiront victimes d’abus de la part des médias. Selon lui, « seulement un journaliste est venu vers cette institution depuis 2016 après avoir été victime de vol ». 

 

Quant au président de l’AJDD Guinée, M. Hilal Sylla, il se dit satisfait de l’engouement que ce débat a créé, avant de conclure « On a eu raison de créer ce cadre d’échanges qui va continuer de recevoir d’autres intervenants dans tous les aspects du développement durable ». 

 

Mame Diallo

Conakry, Guinée

Mame Diallo