Me Sako sur les cas Elie et Takana: «personne dans ce pays ne va nous instrumentaliser»

04 août 2017 19:19:02
1

Le ministre de la Justice, Me Cheick Sako, s’est prononcé ce vendredi sur le cas des deux stars du reggae, Elie Kamano et Takana Zion, interpellés en juillet dernier pour ‘’attroupement non autorisé sur la voie publique’’.

« Les artistes sont des citoyens comme tout autre. Les Procureurs font leur travail sur la base des textes et des instructions que leur donne… Personne dans ce pays ne va nous instrumentaliser », a réagi le ministre de la Justice aux inculpations diversement commentées ces dernières semaines de ces deux artistes.

Pour sa part, Moundjour Chérif, le Procureur général près la Cour d’Appel de Conakry, a indiqué que les deux artistes seront jugés après les vacances judiciaires (c’est ce mois d’août). Elie Kamano et Takana Zion pourraient donc être jugés en septembre respectivement par le tribunal de première instance de Mafanco et celui de Kaloum.

Elie Kamano a été arrêté le 17 juillet,  au rond-point de la Tannerie où devrait partir une manifestation qu’il a appelée contre le pouvoir d’Alpha Condé. Par cette marche, Elie Kamano voulait exprimer son opposition à toute volonté de tripatouillage de la Constitution pour ouvrir la voie à un troisième mandat en faveur d’Alpha Condé. Déjà inculpé dans une autre affaire  pour ‘’attroupement interdit’’, Elie Kamano fait l’objet d’une jonction de procédure.

‘’ Délinquant primaire’’

Quant à Takana Zion, il a été inculpé et placé sous contrôle judiciaire après son interpellation le 25 juillet à la tête d’une manifestation de musiciens contre la mal-gouvernance et un troisième mandat d’Alpha Condé.

Les deux artistes sont placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès. Ce vendredi, un Substitut du procureur près le tribunal de première instance de Kaloum a indiqué que Takana Zion est un ‘’délinquant primaire’’. Raison pour laquelle il a été placé sous contrôle judiciaire.

Pour ce qui est du cas d’Elie Kamano, la décision de le placer sous mandat de dépôt est venue du ministre de la Justice. Là-dessus, Me Cheik Sako a voulu préciser que cette décision n’est pas venue du président Alpha Condé comme le soutenaient des rumeurs à Conakry.

  • NIK

    Ministre de la Justice, Me Cheick Sako, cela veux dire que les Guinéens ils n’ont pas le droit de réclamer leur droit , ou de manifester même si ils on a marre de mâle gouvernance, l’insécurité, détournement, etc… et les gens brûle les voleurs, qui tue les gens etc.. ils n’on pas juger
    c’est Elie et Takana qui réclame ça et vous êtes la ba vous connaissez ça très bien encore vous supporter le gouvernement. mais je demande quel Guinée comme ça Eh Dieu qu’est ce que nous avons a toi comme du mâle pardonnée nous