Marche de colère: les journalistes de Labé sont descendus dans la rue ce jeudi

09 novembre 2017 16:16:45
0

Quarante huit heures après Conakry, les journalistes en service dans la ville de Labé ont à leur tour manifesté leur ras-le-bol face aux multiples agressions et tentatives de musellement de la presse enregistré en République de Guinée.

Comme de coutume, c’est le rond-point d’Hoggo M’Bouro qui a servi de point de départ des marcheurs qui ont rallié le bloc administratif régional où un mémorandum a été lu devant les autorités locales.

«Nous sommes devant vous en ce jour pour exprimer un certain ras-le-bol qu’on éprouve depuis très longtemps. Des cas de violations sur la corporation au quotidien sont perpétrés mais n’ont jamais altéré la volonté de servir le peuple de Guinée comme on s’y est engagé, mais hélas ! La presse y a laissé trop de plumes cette dernière décennie. Faudrait-il, dans un lot de cas, rappeler à certains que l’opinion a en mémoire telle que lors de la première visite du professeur Alpha Condé à Labé la presse a été molesté sous ses yeux et pas une fois dans ses discours qui ont suivi il n’a regretté ce fait, la disparition de Cherif Diallo reporter d’images à Hadafo, l’assassinat de Mohamed Koula Diallo et plus récemment les gendarmes de l’ECO 3 de Matam à Conakry ont perpétré une véritable barbarie sur des hommes de medias. À cela, on peut rajouter un acharnement sans précédent de la haute autorité de la communication contre des medias comme ce fut le cas du groupe de presse Gangan, la radio espace FM et de la télévision privée Évasion Guinée. Au vu donc de la situation que tout homme sensé connaît, cela démontre un recul net des acquis démocratique. Monsieur le gouverneur, nous journalistes évoluant à Labé souhaitons que vous soyez notre porte-parole pour assurer un de vos devoirs en tant que gouverneur de région et administrateur ; notamment la garantie de la liberté de la presse au sens strict », a entre autres déclaré Kadiatou Keita, porte-parole des journalistes marcheurs.

À l’absence et du gouverneur de région et du préfet de Labé, c’est Naroumba Traoré, le Directeur de cabinet du gouvernorat de Labé qui a tenté de rassurer les marcheurs en ces termes : « au nom de monsieur le préfet de Labé en mission en Europe, au nom des autorités ici présentes et de l’ensemble des populations de Labé, Je voudrais très sincèrement me réjouir de votre présence parmi nous ce matin. Une présence civilisée, une présence démocratique. Vous avez traversé la ville de Labé, personne n’a été blessé, violenté et personne n’a été empêché d’aller là où il veut. Cela veut simplement dire que notre démocratie est en marche. La raison fondamentale de votre marche est légitime. Parce que les auteurs de l’acte, nos frères et sœurs de la gendarmerie ont eux-mêmes reconnu leur faute et ont présenté des excuses à la presse nationale. Je voudrais prendre l’engagement solennel que ce mémorandum ira à qui de droit » a-t-il affirmé.

Ayant pris part à la manifestation, Dieng Khalidou le président de la société civile préfectorale de Labé justifie sa présence : « c’est un soutien de la société civile vu que tous les organes de la presse relèvent de la société civile, vu que la démocratie et en train de connaître un recul, vu que la gendarmerie a arrêté, a bastonné, a détruit un matériel de la presse. C’est pour cela que nous sommes présents. »

La manifestation qui a mobilisé des dizaines de journalistes et auditeurs, s’est tenue ce jeudi de 10 heures à 11 heures sans la moindre fausse note dans la commune urbaine de Labé.