Marche de 2 août: la police dresse un bilan provisoire de la journée et salue un acte de Dalein

02 août 2017 18:18:56
0

Le patron des Unités d’intervention de la police, le colonel Ansoumane Bafoé Camara qui supervisait ses hommes lors de la marche des opposants ce 2 août,  se dit satisfait du résultat de ladite marche. Le Colonel Bafoé a également déploré l’accident ayant coûté la vie à un militant au niveau de Wanindara.   

Au micro de Guinéenews, le Directeur National des unités d’intervention de la Police a déploré le malheureux incident survenu toujours à Wanindara et au cours duquel un journaliste a été blessé.

«Je regrette fort qu’un journaliste soit attaqué et que deux personnes à moto, subissent un accident de la circulation qui a fait un mort», a regretté Colonel Camara avant  de préciser qu’il n’y a pas eu de heurtes entre les forces de l’ordre et les militants (jusqu’au moment qu’il nous faisait le bilan de la journée, 16 heures, NDLR).

Par ailleurs, il se dit très réconforté par l’escale inopinée de Cellou Dalein Diallo auprès de la faction de policiers qui était déployée au niveau de Bellevue-Rond point.

«Ce qui est marquant aujourd’hui,  c’est le fait que le chef de file de l’opposition ait fait attendre son cortège pour venir serrer la main des hommes en tenue que nous sommes. Devant nous, il a prodigué de sages conseils à ses militants. Cette action nous a beaucoup réconfortés et elle sera gravée dans l’histoire», s’en est réjoui Ansoumane Camara.  

 A en croire Ansoumane Camara,  cette action du chef de file de l’opposition va permettre à ses militants de comprendre que les agents de maintien d’ordre ne sont pas contre des opposants manifestants. «Nous ne sommes pas des ennemis, nous sommes plutôt des frères qui assurent leur sécurité», a-t-il fait savoir.

Le cas malheureux de Wanindara ayant fait un mort…  

 «Je ne peux pas beaucoup m’aventurer sur le malheureux accident qui est arrivé à Wanindara. Il m’a été confié de sécuriser un périmètre bien défini. C’est de Cosa jusqu’à l’Esplanade du stade du 28 septembre, à Dixinn. En dehors de cette zone, ce sont les commissariats urbains qui pourraient répondre à cette question. Mais l’un dans l’autre, c’est très malheureux. J’aurais appris que c’est un journaliste qui a été violemment attaqué par des individus. C’est pourquoi, je dis souvent qu’il y en a qui ne sont pas des militants des partis politiques. Ce sont plutôt des loubards comme j’aime à le dire et pour lequel certains m’accusent d’être violent. Ce sont des loubards qui profitent des situations en s’en prenant aux paisibles citoyens et à leurs biens».

Lire vidéo:

Sékou Sanoh et Cheick Alpha Ibrahima Camara pour Guinéenews