Manque prolongé d’eau et d’électricité à la Carrière : des habitants expriment leur ras-le-bol

03 octobre 2017 15:15:58
0

Des habitants de la Carrière Cité ont envahi ce mardi l’autoroute Fidel Castro. Ils protestent contre une pénurie d’eau dont ils font face depuis 6 mois et des délestages récurrents qui datent de 3 mois. Ces habitants en colère avec des bidons scandaient des slogans comme on n’a pas d’eau, ni de courant depuis 6 mois, on est fatigués. Ces manifestants ont perturbé la circulation qui a causé d’normes bouchons de la Carrière jusqu’à l’aéroport constate sur place Guinéenews©. Voici les revendications de ces protestataires. (Lisez).

Oularé Alhassane : « Cela fait 6 mois que nous n’avons ni d’eau, ni de courant. En plus de cela, toutes les infrastructures sont délabrées. C’est pourquoi aujourd’hui, on a décidé de sortir massivement pour réclamer nos droits. Il faut qu’ils nous aident à avoir l’eau on est fatigué. »

Binta Diallo : « On est là parce qu’on n’a pas d’eau depuis 6 mois. On part jusqu’à Hafia pour puiser. On est fatigué. On est allé voir le chef de quartier à plusieurs reprises mais jusque-là, il n’a pas accepté de nous aider d’abord. On est fatigué, c’est pour cela on est sortie pour qu’au moins les médias nous aident à informer l’opinion. On paye les factures d’eau et d’électricité mais on ne voit rien, on en a marre. »

« Les gens d’EDG sont venus dans ma concession, je leur ai demandé qu’est ce qu’il y a lieu de faire pour que nous ayons le courant ; ils nous ont promis de réparer notre transformateur cela fait un mois jusque-là rien. Cela fait 6 mois qu’on n’a pas l’eau. On demande à l’Etat de nous aider à avoir surtout l’eau », ajoute-t-il.

Aicha Baldé : « Nous sommes là pour réclamer l’eau dans nos concessions. Cela fait 6 mois qu’on n’a pas eu une goûte. Parfois, le courant vient parfois non. Ce n’est pas le courant qu’on consomme même si on n’en a besoin, mais on ne peut pas vivre sans eau. Tant qu’on n’a pas d’eau, on va continuer à manifester. Cette manifestation aujourd’hui, ce n’est que le début. »