Manif anti-délestage : Des jeunes du quartier de la Carrière Cité dans la rue

25 septembre 2017 16:16:44
0

Le quartier Carrière est plongé dans l’obscurité depuis 3 semaines. Ce lundi des jeunes frustrés ont fermé tout accès aux véhicules dans le quartier et ont perturbé les cours dans les différentes écoles de la place. Ces protestataires réclament un nouveau transformateur et le retour immédiat de l’électricité dans leur localité. Image d’archives.

« Cela fait au moins deux à trois semaines on n’a pas de courant, c’est pourquoi on est dans la rue. C’est une situation très difficile, on n’a pas où brancher nos téléphones, nos congélateurs tous nos appareils électroménagers ne fonctionnent plus. On est fatigué », s’insurge Mamadou Saidou Diallo.

Des propos très hostiles à EDG (électricité de Guinée) ont été lancés par les manifestants. Le président du conseil de quartier n’a pas été épargné.

« On a été chez le chef de quartier pour lui dire notre problème afin qu’il nous trouve une solution. Il nous a répondus qu’il n’a pas de problème chez lui car il a le courant. Aujourd’hui encore, on a été chez lui, il a fermé sa porte et nous a dit qu’il s’enfiche. Donc nous aussi, on a coupé les fils de courant chez lui », accuse le manifestant.

Le chef de quartier se dit surpris par l’attitude des jeunes. Selon lui des efforts sont en train d’être fourni pour améliorer la desserte en courant électrique.

« Tous ceux que je peux, c’est d’informer les autorités et l’EDG. Il faudrait qu’ils attendent jusqu’à ce que les techniciens finissent de réparer. Puisqu’il paraît qu’il y a plus d’une dizaine de transformateurs grillés ; donc tant que cela n’est pas fini personne n’aurait le courant. Maintenant, des badauds qui viennent jeter des pierres gâter mes ampoules est ce que c’est moi qui distribue le courant ? Il y a peut être quelque chose derrière cette situation il y a une guise sous roche », s’interroge le chef de quartier.

Au moment où nous quittions les lieux, les forces de l’ordre tentaient de disperser les jeunes en faisant usages des gaz lacrymogènes.