Mamou: les jeunes de l’UFDG sur le front de l’assainissent la ville

13 juillet 2017 18:18:05
0

En cette période des saisons pluvieuses, dans la ville-carrefour, les caniveaux d’évacuation des eaux sont remplis de sable et de déchets divers. Plusieurs points, sur la route nationale qui traverse la ville, sont dégradés suite au ruissellement des eaux sur la chaussée.

Le mercredi 12 juillet, à Mamou, ils ont été des centaines de jeunes appartenant  à la ‘’Section Motard’’ de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) à procéder au curage des caniveaux le long de la route nationale.

Avec de maigres moyens, sans chaussures de sécurité, les jeunes garçons et filles sont déterminés à rendre la ville de Mamou propre.

Pendant que certains retiraient les déchets des fossés, d’autres procédaient à la sensibilisation des riverains pour ne pas qu’ils continuent à jeter leurs ordures dans les caniveaux.

A la gare routière de la Conserverie, dans le quartier Almamya, la jonction des caniveaux avait créé un lac à ce niveau. Les jeunes ont fait recours à un camion-grue pour soulever les dalles et la mairie a mis à leur disposition son camion-benne pour transporter les tas de déchets extraits des caniveaux.

C’est jeunes avaient commencé à assainir l’hôpital régional de Mamou avant de désherber le long des rues de la zone administrative du centre-ville.

Rencontré, Abdoulaye Djibril Barry, le président de la ‘’Section Motard’’,  explique ce qui les a motivés à mener ces actions. « Nous sommes des jeunes, nous devons être utiles à nos populations. Nous appartenons à un parti politique, mais les travaux de curage n’ont rien de politique. Ce sont des actes citoyens. Si tout le monde faisait ainsi, nos villes seraient  propres, pour notre bonheur. Nous n’avons aucun soutien. C’est à partir de nos contributions. Par semaine, chaque membre verse 5000GNF. C’est ce qu’on utilise pour acheter des pelles et des gangs », indique-t-il.

Le curage des caniveaux est un ouf de soulagement pour les riverains qui ont été débarrassés des lacs d’eaux usées qui dégageaient des  odeurs nauséabondes et qui favorisaient la multiplication des moustiques.