dimanche, 26 mars 2017, 05:21 GMT

Sur la base d’un document (cliquez sur:liste-de-la-repartition-des-candidats-2016) dont nous avons vérifié l’authenticité auprès du ministère en charge de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration, les enseignants contractuels non-admis à la Fonction publique font de graves révélations sur des présumés magouilles ayant entaché le dernier concours de recrutement de nouveaux enseignants pour le compte du département de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation.

Dans ce document, le concours de recrutement des 3 500 nouveaux fonctionnaires pour le compte de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation s’est déroulé dans trois communes sur les cinq de la capitale Conakry, avec un effectif maximum de 60 candidats par salle.

Selon le porte-parole de ces enseignants contractuels non-admis, il y a bien eu des ‘’arrangements’’. Des candidats auraient été sélectionnés bien avant même le concours, révèle-t-il.

Mohamed Bangoura est formel. Il dit détenir des preuves de dysfonctionnements et d’anomalies qu’il compte mettre sur la place publique.

«Dans la commune de Ratoma, c’est l’école primaire Hamdallaye qui a été retenue pour les candidats pour l’option Chimie. Ils étaient répartis dans 19 salles de classe. Les bornes des PV étaient de 1 à 1 140. Cependant, sur la liste des admis publiée par le gouvernement, figurent les PV : 1 204 de Salamata Bah ; 1 175 de Maramany Keita ; 1 205 de Mariama Ciré Doumbouya et 1 165 de Mamady Sylla», a fait état le porte-parole Mohamed Bangoura qui soutient que tous ceux qui sont hors bornes sur la listes des résultats, ne sont autres choses que des fictifs.       

Dans la même commune, il fait savoir que ce sont l’école primaire (EP) de Kipé 2 et le lycée Kipé qui ont été choisis pour les candidats de l’option Histoire. Les bornes des PV de l’EP de Kipé étaient de 1 à 1 080 alors que celles du lycée allaient de 1 081 à 2 161. Le hic, dénonce Mohamed Bangoura, c’est le fait que les PV 2 205 appartenant à un certain Elhadj Moustapha Diallo, 2 341 de Mamoudou Kouyaté, 2 188 d’Alpha Camara, 2 317 d’Abdourahamane Traoré, 2 274 de Koulako Kamissoko et 2 212 de Nouhan Traoré, sont des arrangements en lieu et place des vrais candidats.

Toujours dans la commune de Ratoma, c’est seule l’école Amilcar Cabral qui a accueilli les postulants pour l’option Philosophie. Dans cet établissement, les bornes des PV étaient de 1 à 903 et sur la liste des admis, révèle Mohamed Bangoura, paraissent les PV 928 de Saran Diané, 907 de Ousmane Bérété, 923 de Balla Thiam et 908 d’Elhadj Amadou Diallo. Je me demande d’où sont venus ces candidats, s’interroge-t-il.   

 Autre détail. Mohamed Bangoura fait comprendre que lui-même, n’a pas échappé à ce qu’il appelle « la mafia orchestrée par le département en charge de l’Enseignement Pré-Universitaire et de l’Alphabétisation et le ministère de la Fonction Publique ».

«Mon nom figure sur la liste avec un PV qui n’est pas le mien. C’est le PV 385 alors que mon PV c’est le 1 390. Quand j’ai revendiqué, ils m’ont dit d’écrire à la Direction Communale de l’Education de Matoto. Pour le moment, ils ne m’ont donné aucune suite», déplore-t-il.

Interrogé sur l’authenticité du document portant sur la répartition des candidats, le Directeur du Service National des Concours et des Examens Professionnels et Contrats (SNCEPC), n’a voulu faire aucun commentaire. «C’est moi qui ai élaboré ce document. Qu’est-ce vous cherchez? Vous avez un document signé et cacheté, je me demande ce que vous voulez savoir», nous a sèchement répondu Sékou ‘’Rouge’’ Condé, le directeur du SNCEPC.

Il faut par ailleurs souligner que malgré notre insistance, M. Condé n’a jamais voulu échanger avec nous.

 

Pour votre gouverne, lisez l'intégralité de ces résultats dudit concours: http://guineenews.org/fonction-publique-voici-tous-les-resultats-des-concours-de-recrutement-de-nouveaux-agents-au-compte-du-pre-universitaire-la-sante-et-lenseignement-professionnel/

NB : ces statistiques révélées ne représentent que les conclusions partielles des investigations que le comité ad hoc des enseignants contractuels et son Porte-parole sont en train de mener. Celles-ci ne portent seulement que sur les trois options (Histoire, Chimie et philosophie) sur les 11 dans lesquelles les enseignants contractuels du secondaire ont concouru et pour la seule commune de Ratoma.   

Nous y reviendrons.

Sékou Sanoh

Conakry, Guinée 224-664-35-11-21

Sékou Sanoh