Lutte contre l’insécurité à Labé: les forces de l’ordre mettent le grappin sur 3 présumés coupeurs de route

11 août 2017 15:15:28
0

Poursuivis pour plusieurs attaques à main armée dont le dernier cas en date a été enregistré le mardi dernier dans la sous-préfecture de Sannoun, préfecture de Labé, trois présumés coupeurs de route viennent d’être mis aux arrêts par les agents du commissariat central de police. Ces prévenus ont été présentés ce vendredi 11 août à la presse, a constaté sur place votre quotidien électronique Guinéenews.

Il s’agit de Martin Goïvogui âgé de 42 ans et de deux mineurs, Amadou Sadio Bah et Ibrahima Sory Camara dont les âges varient entre 16 et 17 ans. Ils sont poursuivis pour ‘’attaque à main armée, vols et agressions’’.

Sur les circonstances de leur arrestation, le Commissaire Biro Kéita explique : «c’est le lundi dernier que ces 3 jeunes ont attaqué un taxi-motard sur la route de Koubia en utilisant une arme blanche… Ils vont répondre ce vendredi devant le Procureur.»

Poursuivant l’officier de police s’est réjoui de la bonne collaboration des citoyens de Labé ayant permis aux forces de l’ordre de mettre hors d’état de nuire ces présumés braqueurs. Si cette collaboration continue, a-t-il estimé, la région de Labé sera tôt ou tard débarrassée tous ses bandits.

Interrogés, les deux mineurs admettent les faits tout en rejetant la responsabilité sur Martin Goïvogui qu’ils qualifient de leader de la bande.

A en croire Amadou Sadio Bah, l’un des deux mineurs du gang,  ils auraient déplacé un taxi-moto pour aller à Sannoun afin de chercher une somme de 3 500 000 GNF. Arrivé à Sannoun, affirme-t-il, ils ont déplacé le même taxi-motard pour qu’ils les déposer à Koundjeya afin de procéder à leur opération.

C’est au cours de ce déplacement, a-t-il déclaré, que Sory a poignardé le taxi-motard au ventre.

Accusé d’être le grand-maître du groupe, Martin Goïvogui nie tout avant de charger à son tour ces deux compères.

« Je rejette les accusations… Ils sont allés commettre, par contre, un vol à main armée en essayant de cambrioler un taxi-motard. C’est à mon arrestation que j’ai su à travers leurs explications qu’ils ont pris un taxi-motard, qu’ils ont poignardé avant de lui retirer sa moto. Kébé (un autre présumé complice du gang) est le cousin de mon ami chez qui je loge. Je sais que ces enfants venaient derrière Kébé pour avoir du chanvre indien », a-t- répliqué aux accusations de ses deux présumés complices.

Parlant toujours d’insécurité dans la région administrative, le directeur de la Sûreté de Labé a aussi fait une mise au point par rapport au niveau d’avancement des enquêtes sur l’assassinat, le 30 mars dernier, de Mamadou Bachir Diallo, un conducteur de taxi-moto dans le quartier Daka 1.

«Depuis l’assassinat de Bachir, des personnes dont on ne peut pas dévoiler les noms ici pour des raisons d’enquêtes, ont depuis lors quitté le pays pour le Sénégal. Nous avons déjà appelé nos collègues d’Interpol qui poursuivent les investigations à leur niveau et nous attendons les résultats», a fait savoir Aboubacar Biro Keita, le directeur régional de la sureté de Labé.