Lutte contre le VIH/Sida: le Premier ministre Youla sonne à la mobilisation

02 décembre 2017 13:13:57
1

La mobilisation et l’implication de tout un chacun pour lutter contre le VIH/Sida sont les messages forts lancés lors de la célébration du 1er décembre, une journée dédiée à la lutte contre cette infection.

Cette année cette journée a été célébrée sous le thème : « le droit à la santé ». La cérémonie a mobilisé plusieurs personnes vendredi au Palais du peuple à Conakry.

En Guinée, d’importants efforts sont accomplis, mais l’accès aux soins des personnes vivant avec le virus reste encore un grand défi à relever. Lors de son allocution, le Premier ministre Mamady Youla et président du comité nationale de lutte contre le SIDA, tout en appelant à une mobilisation générale contre cette malade, a rappelé les efforts fournis par la Guinée dans ce cadre ainsi que les défis à relever pour atteindre l’objectif, « Zéro SIDA à l’horizon 2020 ».

« La Guinée à l’instar des autres pays du monde, célèbre ce 1er décembre la journée mondiale de lutte contre le Sida. Aujourd’hui, l’éradication de l’épidémie du VIH/ SIDA figure en bonne place dans les nouveaux objectifs de développement que la communauté internationale s’est assignée. Notre pays ne sera pas en marge de cette lutte pour vaincre rapidement ce fléau. Grace à l’engagement de nos services et l’appui de nos partenaires, le mécanisme de riposte dans notre pays demeure une des priorités du gouvernement de la troisième République pour une Guinée sans SIDA à l’horizon 2020. C’est un pari, j’avoue qu’il pourrait être gagné grâce à l’engagement et la ferme détermination de tous et de chacun », déclare le Premier ministre Mamady Youla.

Poursuivant, le Chef du gouvernement s’est réjoui des efforts consentis dans la lutte contre le VIH/ SIDA. Cependant, il souligne que les défis persistent.  C’est pourquoi il appelle les partenaires techniques et financiers de la Guinée à relever leur contribution dans le financement de la prévention, de la prise en charge globale ainsi que la lutte contre la stigmatisation des personnes infectées et affectées.

La célébration de la journée mondiale du Sida est, faut-il le rappeler, l’occasion pour les  gouvernants, les personnes concernées et les partenaires de rappeler leurs engagements à poursuivre la riposte au VIH/SIDA.

  • CONDÉ ABOU

    Sonner la mobilisation contre le Sida est une excellente nouvelle. Mais comment faire des resultats spectaculaires sur le long terme, sans arriver à placer le pays dans le peloton de tete de la recherche scientifique internationale et de la communication la plus large possible au service de la lutte contre cette pandémie ?

    La 19ème Conférence internationale sur le SIDA et les infections sexuellement transmissibles (IST) en Afrique dénommée ICASA 2017, s’ouvre demain Lundi au Sofitel Abidjan Hôtel Ivoire (Boulevard Hassan II 08 Bp 01 Abidjan 08, Abidjan, Côte d’Ivoire. Tel: +225-2248-2626). Elle se déroulera du 04 au 09 décembre 2017.

    La cérémonie d’ouverture se fera en présence du couple présidentiel Ivoirien et de son Excellence Nana Akufo-Ado, Président de la République du Ghana.

    Pour la Ministre de la Santé et de l’Hygiène publique de la Côte D’Ivoire, et qui a animé un important point de Presse hier Samedi à Abidjan, ICASA est une rencontre qui allie volet scientifique, communautaire et leadership car la réponse à la pandémie du Sida est multisectorielle. Pour elle au delà du travail des scientifiques, la riposte au VIH-SIDA nécessite l’engagement des communautés et particulièrement des populations touchées.

    ICASA 2017, la plus grande Conférence internationale sur le SIDA en Afrique attend entre 5.000 et 10.000 délégués dont 200 journalistes en provenance de 150 pays autour de la thématique: “L’Afrique: une approche différente vers la fin du Sida” .

    Souhaitons une participation active des représentants de la Guinée, aussi bien au niveau gouvernemental (Primature, Ministère de la Santé Publique, et hôpitaux de référence du pays), qu’au niveau de la Presse publique et privée, car ne l’oublions pas, la communication et l’information scientifique au service des populations vulnérables, des techniciens et chercheurs en santé publique et des décideurs politiques majeurs, sont au centre de la lutte contre la pandémie du Sida.

    Et puis, que dans un avenir proche, la Guinee, soit elle aussi, capable d’organiser une Conference internationale sur la pandemie du Sida ou toute autre pathologie virale. Pourquoi pas ?

    Impossible de ne pas s’inscrire dans une telle dynamique si l’on veut gagner le pari du combat contre le Sida en Afrique, le continent le plus touché par la pandémie.

    Vivement une participation active de la République de Guinée à la Conférence internationale qui s’ouvre demain à Abidjan, et qui fera à coup sûr, le point de la recherche scientifique anti-Sida et montrera au monde entier, les perspectives des nouvelles politiques publiques les plus efficaces à mettre en place, notamment en Afrique.