Lutte contre le paludisme : lancement d’une nouvelle stratégie à N’Zérékoré

30 septembre 2017 12:12:39
0

Comment en finir avec le paludisme ? C’est l’une des préoccupations majeures du ministère guinéen de la Santé et de l’Hygiène Publique. C’est dans ce souci qu’il a lancé vendredi 29 septembre, en collaboration avec ses partenaires, une nouvelle stratégie de lutte contre cette maladie. C’était dans la salle de conférence du centre de formation professionnel (CFP) de N’Zérékoré.

En effet, la Guinée a bénéficié du nouveau modèle de financement du Fonds Mondial pour la mise en œuvre du plan stratégique du Programme National de Lutte contre le Paludisme qui finit cette année 2017. Face aux différentes insuffisances constatées, il a été envisagé d’intensifier les activités de communication en vue d’améliorer non seulement l’utilisation des services de prévention et de prise en charge du paludisme mais aussi pour venir en appui aux autres stratégies existantes.

Intitulée ’’Ecoliers et Leaders religieux contre le Paludisme’’, cette nouvelle stratégie est une initiative du ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique à travers le programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) en collaboration avec ses partenaires notamment Catholique Relief Service (CRS) et Plan International Guinée. Elle vise d’une manière générale à susciter l’adhésion des autorités sanitaires et religieuses ainsi que de la communauté de N’Zérékoré et des préfectures de Macenta et Beyla, à la mise en œuvre de la stratégie. En d’autres termes, emmener les autorités à tous les niveaux à se positionner en faveur de ladite stratégie et à aider à son déploiement et sa mise en œuvre.

«Cette stratégie vient s’ajouter à d’autres qui sont déjà en cours. Vous savez que des agents communautaires de santé et des organisations communautaires de base mènent des causeries éducatives et des visites à domicile. Mais malgré cela, certains messages-clés sont méconnus au sein de la communauté. Et aussi, les stratégies de communication et de lutte contre le paludisme sont très mal connues par la communauté. On remarque ensuite une certaine faiblesse au niveau des indicateurs liés aux comportements. C’est ce qui a poussé le ministère de la Santé, à travers le Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP), a adopté cette stratégie afin de renforcer la communication pour le changement de comportement. L’objectif est de renforcer le niveau de connaissance, attitude et pratique de la communauté », a rappelé Dr Amadou Diallo, Directeur national de la stratégie ’’Ecoliers et Leaders religieux contre le paludisme’’.

 Le porte-parole des leaders religieux et le représentant de l’Inspecteur régional de l’éducation ont, à tour de rôle, salué cette initiative avant de rassurer leur disponibilité à passer des messages de sensibilisation dans les lieux de cultes et dans les écoles.

 Présent à cette cérémonie, le Directeur régional de la santé a rappelé que le paludisme est un problème de santé publique. Mais pour lui, cette maladie peut être éradiquée si tout le monde s’implique dans la lutte.

 «Le paludisme est un problème de santé publique dans notre pays. Il faut le reconnaître. C’est une vieille maladie dans le monde. Certains pays sont arrivés à le vaincre mais malheureusement, ce fléau sévit encore en Afrique et notamment chez nous en Guinée. Cela ne se doit pas. Ce n’est pas une sentence, c’est un problème de mise en œuvre de stratégie et d’adhésion de la population aux stratégies élaborées par le gouvernement. Le ministère de la Santé, à lui seul, ne peut pas lutter contre le paludisme. Il faut de l’implication effective de toutes les parties prenantes », a déclaré Dr Adama Kaba tout en rappelant la gratuité de la prise en charge des malades du palu dans les structures de santé.

 En prenant la parole, le gouverneur, Lancéï Condé a demandé au PNLP et aux partenaires de diversifier les messages en les adaptant aux réalités de chaque localité. Il a ensuite invité les leaders religieux et les encadreurs d’écoles à passer les meilleurs messages.