L’OIM facilite le retour humanitaire volontaire de 132 migrants guinéens de Libye

07 septembre 2017 9:09:09
0

Des équipes de l’Organisme des Nations-Unies en charge des migrations (OIM-Guinée) ont accueilli à l’aéroport de Conakry ce mardi 5 septembre 2017 132 migrants guinéens en provenance de la Libye. C’était en présence des membres du Service National des Affaires Humanitaire (SENAH), de la Croix-Rouge, des représentants du ministère des Guinéens de l’Étranger, ainsi que celui de l’Action Sociale Ces guinéens ont regagné le pays par un vol spécial affrété par l’OIM Libye à cet effet.

Atterri aux alentours de 18H, l’avion avait à son bord 10 femmes, 1 bébé, 3 enfants dont un mineur non-accompagné et 2 malades, entre autres. A peine qu’ils ont posé le pied sur le tarmac de l’aéroport international de Conakry-Gbessia, ils ont été conduits à la Clinique Jean-Paul II pour des soins.

Selon l’OIM, ces migrants font partie des nombreux ressortissants guinéens qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles en Libye, avec un nombre élevé de détenus dans des centres carcéraux libyens.

Ce sont de nombreuses familles guinéennes établies en Libye depuis plusieurs années et qui ont choisi de rentrer au pays en raison d’une dégradation de la situation économique et sécuritaire sur place. Pour cela, elles ont fait appel à l’OIM pour un retour volontaire humanitaire, avec les bons offices de l’ambassade de Guinée à Tripoli qui a facilité leur identification et l’obtention des documents de voyage.

Mais avant, l’OIM Libye a effectué des entrevues avec ces migrants, et fait des examens médicaux en vue d’une assistance supplémentaire sous forme de kits, comprenant des vêtements et des chaussures avant le départ pour la Guinée.

A leur arrivée, ces migrants ont été pris en charge par l’OIM Guinée qui leur a fourni un kit comprenant des effets de toilette, ainsi que de quoi se restaurer. Aussi, l’OIM a procédé à leur enregistrement et à leur profilage. Ces données, une fois analysées, permettront à l’organe facilitateur de ce retour volontaire de mieux saisir le profil des migrants irréguliers, d’en savoir plus sur les raisons de leur départ, leur parcours migratoire et leurs conditions de séjour en Libye.

Au terme du profilage, l’OIM a remis à chaque migrant une enveloppe équivalent à 50€, comme frais de prise en charge de leurs besoins immédiats (logement, nourriture, vêtements) y compris le transport secondaire pour rejoindre leur destination finale, en attendant d’étudier leur cas et ainsi pouvoir leur faire des propositions alternatives, pour assurer leur réintégration durable en Guinée. Et ce, dans les trois mois suivant leur arrivée, dans le cadre du programme de : « Renforcement de la gouvernance des migrations et de support à la réintégration durable des migrants en République de Guinée » financé par le fonds fiduciaire de l’Union européenne.

A rappeler qu’un soutien psycho-social a été préalablement apporté aux migrants vulnérables dès leur arrivée à l’aéroport à travers des entretiens individualisés réalisés conjointement par l’OIM, le ministère de l’Action Sociale et la Croix-Rouge.

Lorsque nécessaire, un support additionnel et personnalisé sera fourni afin d’assurer la prise en charge de leurs besoins immédiats. Aux dernières nouvelles, les migrants retournés résidants à Conakry ont pu rentrer directement chez eux. Les autres, originaires des différentes régions de Guinée, ont été hébergés pour une nuitée par le SENAH au Centre de transit de Matam. Ils pourront ensuite rejoindre leur destination finale.

Le vol arrivé vendredi est le 7e depuis le début de l’année 2017 organisé par l’OIM pour des migrants guinéens en provenance de Libye. Ce qui complète à 859 le nombre de personnes revenues au pays grâce aux efforts de l’OIM. A cela, s’ajoute le retour d’autres ressortissants guinéens en provenance du Bénin, du Cameroun, d’Égypte, du Maroc et du Niger, entre autres.

Pour rappel, le projet de « Renforcement de la gouvernance des migrations et de support à la réintégration durable des migrants en République de Guinée » est un projet issu d’une initiative conjointe entre l’OIM et le Fonds Fiduciaire de l’Union européenne.

Lancé en avril 2017, il sera mis en œuvre pendant une période de 3 ans et couvrira 6 régions administratives de la Guinée, notamment Conakry, Boké, Mamou, Labé, Kankan et Nzérékoré. Dans le cadre de ce projet, l’OIM Guinée assistera les migrants retournés, selon leur profil et leurs besoins, rendant possible la création d’une petite entreprise, l’implication dans une initiative entrepreneuriale collective et/ou communautaire, ou le suivi d’une formation professionnelle.