Les confirmations de la CAF : Le Cameroun organisera bel et bien sa CAN en 2019

11 août 2017 11:11:53
1

On se demande si Ahmad-Ahmad n’a pas tourné tout le monde en bourrique. En lançant son ballon d’essai d’effacer les traces de son prédécesseur et d’imposer d’emblée d’organiser une CAN à 24 pour faire réagir, comme personne n’a réagi, le président de la CAF en rajoute pour mettre la pression sur le pays de son prédécesseur en déclarant que même une CAN à quatre équipes, le Cameroun n’est pas à mesure de l’organiser, et voilà la polémique qui galope pour faire accroire que la CAF a l’intention de dessaisir les trois CAN attribuées au Cameroun, à la Côte d’Ivoire et à la Guinée.

Constant Omari, le deuxième vice-président de l’institution vient sur RFI pour avocasser en faveur de son gaffeur de président et il s’emmêle les pinceaux, confondant la Maïeutique et l’ironie de Socrate, qui sont deux méthodes différentes, il confirme que rien n’a été fait pour déposséder le Cameroun de sa CAN et il reste flou et évasif sur le cas des deux larrons suivants : la Côte d’Ivoire et la Guinée. On a entendu les réactions de Paul Biya et de Alassane Ouattara, pas encore de Alpha Condé, président de l’UA et bien sur les talons venant des « Grandes vacances », or un tir groupé marque la détermination. Ce qui était en train de se mijoter au sein de CAF est grave. On comprend que ce soit un francophone qui se fasse avocaillon pour avocasse en faveur d’un Ahmad-Ahmad provocateur, enquiquineur et espiègle souhait, en plus, un petit peu impulsif.

Tout est bien qui finit bien. Si le Cameroun organisera sa CAN, il n’y a aucune raison que la Côte d’Ivoire et la Guinée n’organiseront pas les leurs. La Polémique est éteinte. Pourquoi l’avoir déclenchée ?

Parlant de nous, au pays du oui et du non, les choses acceptées comme telles sont autrement plus contraignantes ? Omari a parlé de 20 caméras haute définition, mais est-ce au pays organisateur de remplir ces charges ? Le COCAN, il est toujours en couveuse ?

Rien ne sert de courir, comme le pauvre Cameroun, qui a le feu derrière, il faut partir à point. Six stades et des infrastructures supplémentaires dans tous les domaines.

  • CONDÉ ABOU

    Cher Moise Sidibé, je crois qu’à César, il faut rendre ce qui est à César. L’on voit bien que la réaction fulgurante de l’ex-Patron de la CAF, Mr. Issa Hayatou, a été très payante pour le Cameroun.

    Non seulement, Issa Hayatou a réussi à faire bouger les lignes au niveau de la CAF, avant même que les équipes d’Inspection de la CAF arrivent à Yaoundé, mais surtout il a réussi le pari dans son propre pays, puisque, c’est hier soir Jeudi, que pour la première fois, le Président Paul Biya intervenait, pour annoncer sa ferme décision et son engagement à tenir les délais, en vue de l’organisation de la CAN 2019 dans son pays.

    À la faveur de la réception que le couple Présidentiel Paul et Chantal Biya offrait dans l’après-midi d’hier Jeudi 10 Août 2017 au Palais de l’Unité à Yaoundé, pour saluer le retour triomphal d’Abidjan, des Athlètes et Sportifs Camerounais (192 médailles engrangées dont 60 en or), le Président de la République Camerounaise en a profité pour rassurer son Peuple et dire au nouveau Président de la CAF sa détermination à tout mettre en œuvre pour que le Cameroun abrite la phase finale de la CAN 2019 comme décidé depuis 2014 par l’ancien bureau de la CAF.

    Voici, la teneur du discours du Président Paul Biya. Discours qu’il a prononcé clairement en direction de la CAF, et qui devrait inspirer de mon point de vue, le Président de la République le Professeur Alpha Condé. Pourquoi ?

    Parce que les enjeux sont encore compliqués pour la Guinée et beaucoup moins pour la Côte D’Ivoire depuis le choix historique fait par Mr. Issa Hayatou et qui a misé sur la Guinée en 2014 dans des conditions quasi exceptionnelles que tout le monde connait.

    Discours de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun
    Chers Athlètes,
    Chers amis Sportifs,

    Chantal et Moi-même vous souhaitons une chaleureuse bienvenue au Palais de l’Unité.
    Nous sommes ici rassemblés pour célébrer vos brillants exploits à travers pistes, stades, tatamis et rings.

    On vous a vu aux Championnats africains ; on vous a vu aux Championnats mondiaux et aux Jeux Islamiques.

    Il y a quelques jours encore, vous étiez aux 8èmes Jeux de la Francophonie sur les berges de l’Ebrié en Côte d’Ivoire.

    Quelle belle moisson que celle que vous ramenez: 192 médailles engrangées: 88 en bronze, 64 en argent, et 60 en or.

    Ainsi donc, 60 fois vous avez fait résonner à travers l’Afrique et le Monde, l’hymne national du Berceau de nos Ancêtres.
    Le Cameroun tout entier salue vos exploits.

    Chers Athlètes,
    Chers Compatriotes Camerounais,
    Avec ces 192 médailles, vous venez de battre, chez nous un record jamais égalé au cours des dix dernières années.

    Votre combativité, votre engagement, votre endurance à maints égards héroïque, votre patriotisme auront été exemplaires.
    Quel beau modèle en effet, vous venez de donner à la jeunesse tout entière de votre pays le Cameroun !

    Vos victoires sont d’abord des victoires sur vous-même.
    J’imagine en effet, la somme de sacrifices qu’il vous a fallu consentir pour vous préparer physiquement, mentalement ; j’imagine toutes les privations, tous les interdits que vous vous êtes librement imposés.
    Ces sacrifices, et la présente célébration l’atteste, ces sacrifices dis-je, n’auront pas été vains. En ce beau jour, ils vous inondent d’une joie ineffable, inoubliable, comme ils inondent tout le peuple camerounais d’une légitime fierté.

    Mais vos victoires sont aussi, bien entendu, des victoires sur vos adversaires, des victoires sportives, dont le trophée ultime n’est autre que l’édification d’une plus grande fraternité entre les hommes et les peuples.

    Vous êtes en effet les bâtisseurs du Temple virtuel d’un monde plus fraternel, celui-là même dont l’Humanité, en ce début de millénaire, a le plus grand besoin.

    Oui, notre monde a grand besoin de Fraternité. Même notre beau pays le Cameroun a soif de Fraternité.

    Je vous engage alors, Chers amis Sportifs, à me prêter votre appui robuste, votre appui musclé, pour consolider la Fraternité entre nous Camerounais et au-delà, entre le Cameroun et le Monde. A ce titre, Chers Athlètes, Chers Sportifs, vous êtes bien nos Ambassadeurs à travers le Monde.

    Chers Athlètes camerounais,
    Nous sommes fiers de vous. Le Cameroun des villes et campagnes toujours vibre au rythme de vos exploits. Allez de l’avant.

    D’autres aventures sportives se profilent à l’horizon, d’autres conquêtes sportives vous attendent ; la CAN 2019, c’est déjà demain ; vous avez rendez-vous avec l’Afrique sportive ici même au Cameroun. Et le Cameroun sera prêt le jour dit, j’en prends l’engagement.
    Chers Sportifs, chers Athlètes, vous êtes le symbole vivant du Cameroun que nous aimons, du Cameroun que nous voulons c’est-à-dire, du Cameroun qui gagne.

    Avant de terminer, je voudrais exprimer mes félicitations et mes remerciements à tout le personnel d’encadrement sans lequel nous n’aurions pas eu les résultats que nous avons aujourd’hui.

    En vous présentant une nouvelle fois nos chaleureuses félicitations, je tiens à vous redire, au moment de clore mon propos, que le Cameroun tout entier est fier de son mouvement sportif. Le Cameroun est fier de vous. Le Cameroun vous aime.

    Vive le mouvement sportif camerounais,
    Vive le Cameroun.