Lélouma : des agents formés pour protéger la nature

12 juillet 2017 10:10:08
0

Cette formation militaire, qui a débuté au début du mois de janvier 2017 à Kaliah (Forécariah), a regroupé 500 agents de divers services de l’environnement: la section Eaux et Forêts, l’Office guinéen du bois (Oguib), le Centre forestier de N’zérékoré, l’Office guinéen des parcs et réserves (Oguipar).

Mamadou Lamarana Diallo, chef de l’antenne (OGUIB) et Directeur  Préfectoral de l’Environnement par intérim, s’est prêté aux questions du correspondant local de Guinéenews. Il nous explique les objectifs de cette formation et les défis à relever. «Il s’agissait d’une formation militaire qui a concerné 500 cadres de l’Environnement : les Eaux et Forêts, l’Office guinéen du bois,  le Centre forestier, l’Oguipar et tant d’autres. Nous sommes entrés là-bas le 02 janvier 2017 pour sortir le 25 juin. C’est pour pouvoir appuyer tous les cadres du département de l’Environnement, des Eaux et Forêts. », a-t-il. Et d’ajouter : « C’est juste dans le but de mieux pouvoir protéger l’environnement…Dans notre localité, on remarque des feux de brousse et parfois  une coupe abusive de bois. »

Mamadou Lamarana Diallo a par ailleurs expliqué comment répercuter  les acquis de cette formation sur l’environnement à Lélouma, dans le cadre de la conservation de la nature. « Nous chercherons d’abord à sensibiliser les populations pour qu’elles prennent conscience du danger que cela représente. En plus de cette sensibilisation, les textes sont là, la loi est là. Nous allons veiller à son application », explique-t-il. Avant d’aborder la stratégie à adopter pour un respect strict des lois sur l’environnement à Lélouma. « On doit se donner la main à tous les niveaux. Au niveau de l’administration locale, au niveau de l’administration forestière pour que ces gens qui détruisent l’environnement ne le fassent pas. Et s’ils le font, qu’ils soient punis à la hauteur de leur forfaiture. », plaide-t-il. Malgré leur effectif réduit, M. Diallo assure qu’à Lélouma, les conservateurs de la nature vont s’employer à mener à bien la noble mission qui leur est confiée. « Nous sommes actuellement 35 agents. C’est un effectif très réduit. Nous sommes vraiment conscients de cela mais nous faisons notre  mieux pour qu’on ait des résultats. Normalement, le ratio, c’est 10 kilomètres carrés pour un agent. Mais vu la surface de Lélouma, il y a un grand écart. », conclut-il.

Abdourahamane Barry à Lélouma pour Guineenews