Lansana Kouyaté parle de tout : Alpha Condé, Cellou Dalein, son avenir politique (interview exclusive)

03 octobre 2017 21:21:20
1

L’ancien premier ministre et président du PEDN Lansana Kouyaté, dans un entretien accordé à notre rédaction, parle de son absence en Guinée, de ses griefs contre Alpha Condé, contre l’opposition et de son avenir.

Exclusif !

Guineenews : Vous n’êtes pas venu en Guinée depuis plusieurs mois. Peut-on connaitre les raisons profondes de votre longue absence ?

Lansana Kouyaté : Je me sens tout d’abord honoré que mes compatriotes de tous partis politiques s’intéressent tant à mon retour au pays. Cela est peut-être, pour bon nombre d’eux, le résultat de l’appréciation qu’ils portent à ma contribution aux débats politiques. Je tiens à les en remercier. Le PARTI de l’ESPOIR pour le DÉVELOPPEMENT NATIONAL(PE.D.N) n’est pas un parti comme les autres. Conçu et né pendant la transition militaire, il a présenté un candidat au premier tour de l’élection présidentielle le  27 juin 2010. C’était à peine cinq mois de fonctionnement réel quand on connait combien les activités politiques étaient saccadées par des autorisations et des suspensions voulues par les autorités de la transition. Après les fraudes qui ont été enregistrées, je suis venu 4ème. Ce score et l’enthousiasme des militants, je les attribue beaucoup plus à l’affectif qu’à l’adhésion réelle aux idéaux du Parti. Dans un parti, l’affectif autant que le partage de l’idéal, explique les adhésions. Mais tout parti mû par trop d’affectif n’a aucune chance de survie après l’homme qui en conduit la destinée à sa création. Je ne l’ai caché à aucun de mes collaborateurs: je ne suis pas au-dessus du parti. Le militantisme c’est autre chose. Mon absence me permet de mesurer à juste titre ceux qui sont de vrais militants répondant à l’idéal du PE.D.N. Peut-être d’aucuns trouveront-il cela trop idéaliste dans un Afrique où l’émotionnel fait partie du naturel? Mais faites l’inventaire des partis qui survivent après le premier de leurs fondateurs. Aujourd’hui, je peux être fière de ceux qui sont demeurés constants dans leur adhésion aux idéaux du Parti. Les partants sont partis, faute de conviction trempée. Je profite de cette occasion que vous m’offrez pour féliciter tous les organes du parti qui sont restés debout et qui ont porté notre idéal commun comme un sacerdoce dans un environnement hostile.

Guinéenews :   La CENI vient de proposer une date pour la tenue des élections communales. Votre parti, le PEDN, prendra-t-il part à ces élections ?

Lansana Kouyaté : La Guinée a connu trois élections depuis 2010 et le PE.D.N a participé à chacune d’elle après consentement de ses organes. Il en sera de même pour ces communales, si elles sortent comme prévu de leur long sommeil.

 Guineenews : L’opposition républicaine conduite Cellou Dalein a décidé d’organiser chaque semaine des marches de contestation. Quelle appréciation faites-vous de cette décision ?

Lansana Kouyaté : Je n’ai aucune appréciation particulière à en faire. Je leur souhaite bonne chance en espérant qu’ils n’arrêteront plus comme naguère en prétextant qu’il y a eu trop de perte et qu’ils ne reprendraient plus. Ce yoyo  a fait enregistrer un temps anormalement perdu au détriment de la cause.

Guineenews : Quels sont les grands griefs que vous avez contre la gouvernance d’Alpha Condé ?

Lansana Kouyaté : Cette interview ne suffirait pas à exposer ces griefs. Ce sont les mêmes griefs que font les citoyens. C’est le paysan qu’on trompe, le jeune auquel on ment, des projections hasardeuses et oniriques sur des projets dont la finalité est d’être oubliée. Que dit-on de Friguia aujourd’hui? Que dit-on de Simandou et du fameux train minier  trans-guinéen ? Quel a été l’impact des 700 millions de dollar us octroyés par Rio Tinto présentés alors comme l’entrée du paradis? Que sont devenues les nombreuses promesses distribuées à bras levé aux jeunes, aux femmes et aux différentes catégories socio-professionnelles? Vous savez bien que la liste ne tiendra pas dans les pages que vous consacrez à cette interview. La raison de tout cela c’est qu’il n’y a pas de projection sérieusement réfléchie parce que l’Etat tombe dans l’artificialité et la facilité des promesses sans lendemain.

 Guineenews : Quelle réponse donnez-vous à ceux qui vous qualifient d’être l’opposant le plus radical ?

Lansana Kouyaté : En Guinée lorsque vous êtes constants quand les questions évoquées demeurent irrésolues, l’on vous traite de radical. Dites-moi, de tout ce que je n’ai eu de cesse de dénoncer, ce qui a été réalisé. J’ai cru aux accords signés entre les Partis politiques et le gouvernement jusqu’à ce que j’observe que les signatures répondaient à des nécessités du moment. La théorie de l’Etat: les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Si vous pensez que je suis radical alors une très large majorité du peuple l’est aujourd’hui. Il y a un ras-le-bol généralisé des mensonges bien calculés qui ne sont pas sans conséquences sur le quotidien des guinéens. Aussi la théâtralité est-elle devenue le siège permanent de notre gouvernement.

Guineenews : Le président Alpha Condé vient de négocier avec la Chine avec à la clé un financement des infrastructures à hauteur de 20 milliards de dollar. Quelle est votre lecture de cet accord ?

Lansana Kouyaté : 20 milliards de dollars US, aujourd’hui tout comme les millions de Rio Tinto tout comme tout ce  qui a été obtenu par-ci par-là dans un champ enfumé où les vérités ne sont pas déclinées. Je ne parlerai pas de cet accord qui n’est qu’à la phase de définition séquentielle. Au total comment la Guinée des générations futures va payer? Quelles sont les minerais concernés? Sur quel périmètre du territoire national? Quelles sont les garanties de préservation de l’environnement? J’apprécie les chinois mais ils sont tout sauf des naïfs en affaires. C’est leur atout. Mais au total la Guinée tend à renoncer pour toujours à son industrialisation dans le secteur minier. Nous ne voulons que rester exportateurs de nos cailloux et boues. Le développement ne sera pas au rendez-vous avec cette ambition minimaliste. Vous n’êtes pas sans savoir que ces 20 Milliards sont sortis du chapeau pour avoir un troisième mandat. Qu’il laisse là où le dernier jour de son deuxième et dernier mandat le trouve, celui qui viendra continuera en apportant plus de lumière à ce qui semble être bricolé.

 Guineenews : L’élection présidentielle aura lieu dans exactement trois ans. Quelle stratégie comptez-vous mettre en œuvre pour la  gagner ?

Lansana Kouyaté : Les stratégies de parti se conçoivent d’abord dans le secret des débats internes. Accordez ce temps.

 Guineenews : Un dernier mot

Lansana Kouyaté : Mon dernier mot, je vous remercie et encourage les vrais militants du PE.D.N à resserrer les rangs. La victoire, par la grâce de Dieu, sera assurée.

Interview réalisée par Amadou Tham Camara.

  • Pigoss Camara

    Je crois que ce monsieur, très intelligent devrait rentrer définitivement au bercail,ce, pour aider à la reconstruction du pays,car le président Alpha Condé est d’hommes et de femmes qui ne sont pas à la hauteur pour gouverner, excepté.Mr.Tibou Kamara.