Labé : les politiques se prononcent sur la reprise des manifestations de rue en Guinée.

10 septembre 2017 12:12:47
0

À la sortie de la plénière tenue mercredi dernier au siège de l’UFDG à Conakry, le porte-parole de l’opposition républicaine a annoncé la reprise des manifestations de rue à partir du 20 septembre 2017. Des manifestations, qui vont se tenir pour un début tous les mercredis à Conakry et ensuite à l’intérieur du pays, pour réclamer principalement le respect des accords du 12 octobre 2016. À Labé, les représentations politiques ont accepté de commenter cette actualité au micro de Guinéenews.

Marouf Thiam, le secrétaire fédéral du bloc Libéral (BL) déplore le non-respect des multiples accords politiques par le gouvernement. Il appelle ainsi à une farouche résistance dans le but de contrer le régime en place : « le pouvoir a toujours eu la manière de déplacer les problèmes. Et à chaque fois qu’il y a des accords, on ne va pas vers le respect de ces accords. Il faut toujours bousculer ceux-ci pour qu’il sache exactement qu’il y a des gens ici qui sont prêts à les affronter sur le terrain politique de façon pacifique » soutient-il.

Au bureau local de l’union des forces démocratiques de Guinée, Diallo Mamadou Aliou Sampiring, membre de la cellule de communication, parle d’une intensification des manifestations : « nous avons tellement fait de manifestations, maintenant nous allons intensifier ces manifestations parce que avant on les programmait mensuellement, maintenant on va le faire hebdomadairement pour prouver à l’opinion nationale et internationale que nous ne sommes pas satisfaits de ce gouvernement-là parce qu’ils refusent qu’on aille aux élections », estime-t-il.

En lieu et place des revendications, Idrissa Camara le secrétaire général de la section Labé 2 du RPG arc-en-ciel rappelle l’opposition à l’ordre. Pour lui, il est temps que les opposants proposent désormais des solutions pour une sortie de crise : « à l’opposition, ils n’ont que des chapelets de revendications, mais jamais de chapelet de solutions. Ils n’ont jamais donné solution à un problème. C’est toujours dans la rue et dans la rue. Alors que cependant la rue n’a pas d’avantages, sauf des inconvénients car c’est des sinistrés, des morts, … » déclare ce membre de la mouvance présidentielle.

En plus du fait que l’opposition réclame à travers ces manifestations un chronogramme pour l’organisation des élections locale, elle demande encore une amélioration des conditions de vie des populations.