vendredi, 20 janvier 2017, 22:05 GMT

taxi-motardsContrairement à la dernière manifestation qui s’est soldée en 2016 par plusieurs dégâts matériels et des blessés, les conducteurs des Taxi-motos de Labé entendent, cette fois-ci, suivre la voie légale pour se faire entendre. Un mémorandum -récapitulant toutes les revendications des conducteurs de motos-taxi qui épinglent les responsables de leur syndicat pour avoir augmenté le prix du gilet de façon fantaisiste et pour mauvaise gestion- doit parvenir aux autorités locales dans les prochaines heures, a appris Guinéenews.

Selon les protestataires, le prix du gilet a connu une brusque augmentation. De 30 000 GNF, il s’acquiert de nos jours à 50 000 GNF. Une augmentation qui n’est pas du goût des taxis-motards qui profitent de l’occasion pour mettre à nu tous les problèmes auxquels ils sont confrontés.

 

A en croire le porte-parole des grognards, leur syndicat depuis qu’il est mis en place, n’a jamais présenté de bilan annuel.

‘’De nos jours, le gilet est vendu à 50 000 GNF, son renouvellement à 50 000 GNF également. Actuellement, ils vendent la plaque à 200 000 GNF tandis que c’est 46 000 GNF qu’ils déposent au bureau régional du transport terrestre pour chaque plaque », a dénoncé Diallo Mamadou Diouldé avant de fustiger le manque de dialogue entre syndicat, chef de gare et taxi-motos. S’ils mettent mains sur un taxi-motard qui ne porte pas son gilet,  on le fait payer 30 000 GNF et on immobilise sa moto, toute la journée, indique-t-il.  

 

Plus graves, les conducteurs de Taxi-moto en colère accuse la direction de leur syndicat de ‘’mauvaise gestion et de détournement’’. Pour ces faits, ils réclament son départ sans condition.

«Quand vous multipliez les 7 000 taxis-motards recensés par 15 000 GNF, vous aurez une somme de 105 000 000 GNF. Chaque fin de mois, le syndicat donne 5 000 000 GNF à la commune et on ne connaît pas la destination des 100 000 000 GNF qui reste. Tous les taxi-motards de Labé exigent le départ de cette équipe syndicale et son remplacement par une équipe composée de cadres compétents, honnêtes et travailleurs», a déclaré Diallo Mamadou Diouldé, le porte-parole des protestataires.

 

Concernant ces accusations, le porte-parole des taxis-motards, Mory Diakité, le Secrétaire général du syndicat des taxi-motos USTG (union syndicale des travailleurs de Guinée) défie quiconque d’apporter la preuve de ce détournement annoncé par les manifestants. Par contre, il exhorte les frondeurs à venir laver le linge sale en famille et non dans la rue.

 

«Je n'ai pas vu un écrit par rapport à ces revendications. Mais, le prix de la formation fait partie de la somme réclamée. Le prix du gilet n’a pas été augmenté. Ceux qui ne sont pas venus depuis mars 2016, s’ils viennent non seulement ils vont s’enregistrer pour avoir le gilet, mais en même temps, ils vont s’acquitter des taxes du mois en cours. La solution des problèmes des taxis-motos, est au niveau du syndicat des taxis-motos », réplique le responsable du syndicat Taxi-moto USTG Labé.

 

Les violences des dernières manifestations des taxis-motards contre le coût exorbitant des gilets, sont toujours vives dans les mémoires. Des bureaux du syndicat et des motos ont, entre autre, été saccagés sans oublier les nombreux blessés qu’il y a eus.

Alaidhy Sow

Labé, Moyenne Guinée

Alaidhy Sow