Labé : en attendant les intrants agricoles, les techniciens s’inquiètent du retard des pluies

0
?????

Après les multiples problèmes ayant impacté le rendement de la précédente campagne agricole en Moyenne Guinée, la nouvelle saison agricole, celle de année 2017 s’annonce très mauvaise du coté de la préfecture de Labé où les intrants agricoles peinent à arriver mais aussi, les pluies ont accusé un retard considérable, a appris Guinéenews de source officielle.

Lancinet Traoré, le Directeur préfectoral de l’agriculture de Labé ne cache pas ses inquiétudes: «pour la campagne 2017-2018, rien n’est encore fait. Même ce matin, je viens de recevoir un coup de fil du département me demandant de me préparer à recevoir les stocks d’intrants agricoles notamment les engrais. On est à l’attente. Par ailleurs, Habituellement à partir du mois d’avril, on est déjà dans la campagne agricole. Mais ce qui est préoccupant cette année, c’est que jusqu’à maintenant, mois de mai, il n’a encore plu. Quand il pleut, on s’attend à une bonne campagne agricole. Et cette année, je ne sais pas si c’est dû au changement climatique mais, il n’y a pas eu pour le moment de pluie. Toutefois, nous gardons espoir.»

Selon lui, les engrais sont très souvent importés de Bamako mais, cela a toujours été des engrais certifiés qui n’ont pratiquement aucun problème dans l’utilisation pour les paysans.

En ce qui concerne la clé de répartition, il précise: «chaque fois que nous recevons les intrants agricoles, nous nous mettons à table avec la chambre préfectorale de l’agriculture. Toutes les CR (communes rurales) reçoivent leurs quantités.»

«Heureusement pour nous, nous  n’avons jamais en tout cas retrouvé des engrais destinés à Labé sur le marché. Le seul engrais qui a été repéré ici, c’était un stock de Dalaba. On a impliqué la sécurité, monsieur le préfet a émis une note que j’ai même sous mes yeux ici. On envoie les agents sur le terrain faire le constat du lieu où on vend le stock. Ils nous rapportent… et on mène ensuite les enquêtes », a-t-il fait savoir.

L’année dernière, il vous souviendra que des centaines de champs de pommes de terre ont été réduits en cendres par une attaque de Mildjou qui a durement impacté la campagne agricole. Les dégâts ont été estimés par la fédération des paysans du Foutah Djallon à plus de cinquante milliards de francs guinéens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez entrer votre nom ici