La route fait encore des victimes  à Dubréka                                                                               

29 octobre 2017 10:10:02
0

Ce sont encore trois personnes qui ont trouvé la mort dans un accident de la circulation survenu samedi  21 octobre sur la route nationale n0 3, dans la préfecture de Dubréka.

Il était environ 11heures 50 mn, ce matin fatidique, quand la voiture R21 immatriculée RC 9968 O avec à son bord 11passagers est entrée en collision avec un camion. Sur le coup, le bilan a été de trois morts dont une vieille femme et huit blessés parmi lesquels sept grièvement atteints.

Cet accident s’est produit au PK 18 dans le sens Dubréka-Tanènè, précisément dans le district de Khoniya , sous-préfecture de Khorira.  En cet endroit et au moment des faits, la chaussée est rectiligne et la visibilité bonne.

Statuant sur les circonstances à l’origine de ce drame, la gendarmerie routière en charge du dossier conclut à un dépassement défectueux de la part du conducteur de la voiture R21, elhadj Ibrahima Bah. Il aurait dépassé trois véhicules dont deux camions avant de rencontrer subitement un autre camion vide, immatriculé RC 5721 AE, conduit par Ibrahima Barry, se rendant dans les carrières de sable de Tanènè.  

L’irruption soudaine de la voiture sur la trajectoire du camion a amené son conducteur à engager des tentatives  ultimes pour éviter le choc. Peine perdue !

L’effet de surprise combiné à la vitesse des deux véhicules a rendu la collision inévitable. L’impact s’est produit à hauteur de la roue avant gauche du camion qui a éclaté, ce qui l’a déséquilibré et entrainé à plus de 26 mètres avant de s’immobiliser.  La voiture quant à elle, frappée de plein fouet, a été littéralement  écrasée, surtout son flanc gauche, avant de faire volte-face.  Le choc violent subi ne donnant aucune chance de survie à ses occupants.

Le chauffeur de la voiture fait partie des victimes mortelles pendant que celui du camion a été blessé.  La gendarmerie note que la voiture était en surcharge de passagers et bagages.

Il est à souligner que cette même voiture, conduite par un guinéen, venait de la Gambie avec des passagers léonais, se rendant tous en Sierra-Léone. Après l’accident, c’est la Protection Civile qui a pris en charge les victimes pendant que les syndicats des transports et mécanique générale ont assuré la collecte des bagages et autres effets personnels des morts et blessés. Tout cela, sous le contrôle de la gendarmerie routière, qui reste maitre d’œuvre et d’ouvrage dans la gestion des accidents en rase campagne.

Cet accident mortel vient s’ajouter à d’autres catastrophes routières toutes aussi dramatiques qui surviennent assez régulièrement sur cette route, densément fréquentée.

Ce qui retient l’attention, c’est que la majorité des cas précédemment survenus sur cette route nationale, ces temps derniers, ont une similitude assez particulière.  Ils sont tous la résultante d’un mauvais dépassement.

Et dans toute tentative de dépasser un autre, il y a toujours un facteur vitesse et un déport à gauche qui entrent  en jeu. C’est pour cela que cette manœuvre reste l’une des plus dangereuses dans la conduite automobile. Il faut en connaitre les règles définies par le code de la route et les appliquer strictement.

Un chauffeur tente de doubler un ou plusieurs véhicules dans une courbe ou sur un tracé rectiligne et voilà qu’avant de finir sa manœuvre,  surgit un autre venant en sens inverse. La plupart du temps  c’est d’un camion qu’il s’agit.  C’est bien ainsi que se décrivent la plupart des accidents constatés sur cette artère.

Depuis l’accident de plus de trente morts à Dubréka,  au mois de mai dernier, tous les cas qui ont suivi et que votre  quotidien  guineenews.org  a toujours rapporté, se sont produits dans les mêmes circonstances, ou presque.

L’excès de vitesse et la circulation à gauche figurent au premier plan des infractions recueillies chaque année par la gendarmerie routière sur l’ensemble du réseau routier national sous son contrôle. Ceci explique aisément ce qui se produit dans la zone de Dubréka où l’intensité du trafic sur route en bon état, conduit à des imprudences notoires.

 Aucune des catastrophes routières que l’on y enregistre ne relève du hasard ou de la fatalité. Il s’agit toujours de risques évitables que l’on peut parfaitement  conjurer.

Des pistes de solutions existent, parmi lesquelles: la formation continue des conducteurs, l’amélioration des infrastructures, le contrôle renforcé de la circulation, la sanction rigoureuse des infractions au code de la route…

 C’est le prix à payer pour sauver des vies et préserver des biens.

 Y a-t-il meilleur objectif à défendre ?