La Représentante de la CEDEAO fixe la vision de son institution pour 2020 et promet d’accompagner la Guinée pour les élections locales

12 octobre 2017 20:20:17
0

Arrivée en Guinée en Avril 2017 comme la représentante résidente de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), c’est ce jeudi 12 octobre que l’Ambassadrice Alapini Liliane a conféré avec les hommes de médias. Objectif, échanger sur les activités de la vision 2020 de la CEDEAO tout en renouvelant l’esprit de partenariat entre son institution et la presse guinéenne, a-t-on constaté sur place.

D’entrée du jeu, Son Excellence Alapini Liliane a rappelé que le rôle de la CEDEAO dans la sous-région est primordial surtout dans la recherche du développement socio-économique,  de la paix, de la stabilité politique et de la résolution des conflits dans les Etats membres.

 Poursuivant, elle a affirmé que son institution a joué un rôle capital pendant ces dernières années dans la sous-région et particulièrement en Guinée. C’est ce qui a d’ailleurs permis, a-t-elle cité, à l’organisation des élections successives notamment des élections  présidentielles de 2010, au terme desquelles la Guinée, pour la première fois dans son histoire, s’est dotée d’un Président démocratiquement élu, des élections législatives de 2013, qui ont doté la Guinée d’une Assemblée nationale forte et représentative de tous les partis politiques, et des élections présidentielles de 2015,  pour le compte du deuxième mandat du Président de la République, Son Excellence Professeur Alpha Condé.

 Parlant des prochaines élections locales, Mme Liliane a souligné que la CEDEAO reste toujours déterminée à accompagner la Guinée pour le bon déroulement du processus dans la paix et dans la transparence afin de consolider les acquis démocratiques du pays.

 Dans le même sillage, elle a mentionné que le Bureau de la représentation permanente de la CEDEAO en Guinée a joué son rôle  et continue d’être l’interface et le coordonnateur des projets et des activités  entre l’Etat guinéen et la Commission de la CEDEAO.

«Le Bureau a piloté en partenariat avec d’autres institutions internationales et nationales,  des projets CEDEAO/UE du prix CEDEAO de la Qualité, projet d’interconnexion électrique entre la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Liberia et la Sierra Leone, projet régional CEDEAO-UE sur les armes légères et de petits calibres, projet FAO-CEDEAO pour le renforcement des capacités pour la mise en œuvre de la politique agricole régionale (ECOWAP), projet d’appui (CEDEAO-PNUD) à la Réforme du Secteur de Sécurité (RSS), projet régional (OOAS) de Renforcement des Systèmes de Surveillance des maladies en Afrique de l’Ouest (REDISSE), projet du programme d’amélioration de la compétitivité des entreprises ouest-africaines, etc.», a-t-elle énuméré.

S’exprimant sur la vision 2020 de la CEDEAO, Mme. Liliane a annoncé que l’institution projette une région de paix et de prospérité découlant des engagements de développement à long terme pris par l’ensemble de la communauté régionale.

 Cette vision de la CEDEAO est, a-t-elle déclaré, décrite comme suit : «une région sans frontière où la population a accès aux abondantes ressources et est capable de les exploiter par la création d’opportunité dans un environnement viable; une région intégrée dans laquelle la population jouit de la liberté de circulation, accès à une éducation de qualité et à la santé, s’engage dans des activités économiques et vit dans la dignité,  dans un environnement de paix et de sécurité; une région gouvernée conformément aux principes de démocratie, d’Etat de droit et de bonne gouvernance», a-t-elle égrené.

Au niveau communautaire, Mme. Liliane a indiqué que les citoyens envisagent une région de la CEDEAO dans laquelle à l’horizon 2020, ils : « vivront dans une Afrique de l’Ouest développée et intégrée où l’ensemble des 15 économies nationales auront fusionné en un marché unique compétitif et résistant et où tout un chacun peut mener ses activités librement, partout dans la région ; auront une économie régionale dynamique tirée par la communauté d’affaires à vocation régionale opérant dans un système de production régional efficace et diversifié sous-tendu par un réseau d’infrastructures modernes, auront une main d’œuvre hautement qualifiée flexible et mobile, des marchés financiers et de capitaux dotés en ressources adéquates, des systèmes sanitaires et éducatifs à coûts abordables et accessibles, des mécanismes de gouvernance politique et économique opérant au niveau régional et national pour assurer la paix, la stabilité et la sécurité des individus».

 A en croire Mme. Liliane, au niveau national, les citoyens envisagent d’ici à 2020, une région de la CEDEAO dans laquelle «chaque Etat membre aura une politique de développement nationale ayant une forte orientation régionale, efficacement gérée et coordonnée par une institution nationale dotée de ressources adéquates et consacrée au processus d’intégration régionale ; tous les pays de la CEDEAO fourniront des preuves tangibles des efforts déployés dans les secteurs judiciaires,  institutionnels et politiques de sorte à incorporer l’intégration régionale dans leur stratégie nationale de développement, tel que consacré par le protocole portant création de la CEDEAO en 1975 ; chaque pays aura de façon concrète adopté les mesures constitutionnelles et administratives requises pour s’aligner sur l’approche régionale et créer les agences d’exécution nationales pertinentes nécessaires pour mettre en œuvre les programmes d’intégration clés de la CEDEAO».