La police présente les présumés assassins du sergent Filiba Doumbouya de la garde présidentielle

29 juillet 2017 20:20:57
0

Plus d’une semaine après l’assassinat du sergent Filiba Doumbouya du bataillon autonome de la sécurité présidentielle, le commissaire Boubacar Kassé, porte du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, présente à la presse les présumés assassins. Au nombre de quatre, ils sont nommés Alia Soumah, Abdoul Karim Savané alias Elba (le premier qui fut interpellé), Fodé Bangoura alias Olmendé et Bréma Sidimé alias Bré.

Dans la cour de la DPJ (Direction de la Police Judiciaire) où ils ont été présentés, deux d’entre eux ont rejeté en bloc les faits.

 Les faits, selon les enquêteurs

Des propos des enquêteurs attribués au nommé Savané indiquent que « le sergent Filiba Doumbouya  qui venait à moto de Boulbinet est venu les dépasser (les assaillants) pour aller ensuite s’arrêter au niveau de la Sotelgui. Ayant soupçonné quelque chose de douteux, Doumbouya  a rebroussé chemin jusqu’au niveau du carrefour Ecobank pour ensuite revenir sur les lieux jusqu’à la hauteur du club Bembeya.» C’est en ce moment, selon toujours le rapport de la police, qu’un des assaillants a barré la route au défunt élément de la garde présidentielle. Et sans sommation, il lui a administré un coup violent au niveau du visage.

«Le sergent Filiba Doumbouya qui a perdu l’équilibre est tombé et deux autres complices sont venus s’ajouter au premier pour tenter de l’étrangler à même le sol. N’ayant pu le faire, ils  l’ont attaché à l’aide des lacets de ses chaussures », poursuit le rapport lu par le commissaire Boubacar Kassé. Dans la foulée, le sergent s’est relevé et a essayé de fuir. C’est là que le premier qui l’a intercepté a ouvert le feu sur lui. Doumbouya s’est effondré au milieu de la route tout en criant. Ces coups de feu ont stoppé l’opération en cours. Cinq éléments, dans la précipitation,  se sont embarqués dans le taxi. Deux autres sont partis sur la moto.

Deux autres suspects sont en fuite, selon Kassé. Le porte-parole de la police parle d’un certain Balla Karogba et de Jean Keira alias Atabassy dont la photo a été exhibée aux journalistes. Un appel à témoin a été lancé contre eux.

Par ailleurs, la police a indiqué que l’enquête a été élargie sur d’autres personnes. Ainsi, trois personnes dont l’identité n’a pas été révélée seraient en garde à vue.

Comme scellés, la police a présenté des gris-gris, un pied-de-biche, un fusil de guerre, deux fusils de marque PMAK… On parle également d’un taxi de couleur jaune et d’une moto.

«  Je ne connais pas »

A la suite du commissaire Boubacar Kassé, le suspect Abdoul Karim Savané alias Elba a rejeté en bloc les faits. Avec un ton serein, le suspect estime que les vrais auteurs de l’assassinat sont à retrouver. « Ils ont cité les gens qui sont coupables de l’affaire, ils n’ont pas pu les arrêter, maintenant c’est nous les gens qui sont un peu salis à leur niveau qu’ils cherchent à retrouver… Moi j’ai une fois été arrêté, et j’ai été condamné à trois mois pour avoir caché la main d’un chauffeur », a déclaré Savané.

Elba a aussi nié toute liaison avec les autres suspects. « Je ne connais personne, vous pouvez leur demander », a-t-il défié.

A son tour, Alia Bangoura aussi a nié les faits, accusant un frère à lui de l’impliquer dans cette affaire.