La pauvreté multidimensionnelle des enfants au centre des réflexions

06 septembre 2017 7:07:25
0

L’analyse de la pauvreté multidimensionnelle de l’enfant était au cœur d’un atelier de formation organisé à Conakry les 22 et 23 août 2017. En effet, le MODA (Multiple Overlapping Deprivation Analysis), est un outil d’analyse multidimensionnelle de la pauvreté et des privations des enfants. Il considère l’enfant comme unité d’analyse et examine d’autres facettes de la pauvreté à travers une approche globale des aspects multidimensionnels de la pauvreté et de la privation infantile. Cette nouvelle approche de la pauvreté se justifie selon deux points de vue : l’un économique, car l’enfant constitue un investissement fondamental en capital humain pour la société à long terme ; et l’autre lié à l’éthique sociale, car l’enfant doit être protégé par la collectivité. Pendant deux jours, les participants ont pu échanger sur des concepts importants et passer en revue les dimensions et les indicateurs concernés par la future analyse basée sur la situation des enfants en Guinée.

Dr Yamory Condé, secrétaire général du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation — © UNICEF/K. Diallo

Le secrétaire général du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, Dr Yamory Condé, ouvrant les travaux de l’atelier au nom du ministre, le Général Boureima Condé, s’est félicité de la tenue de cette formation qui vise à renforcer les capacités des cadres nationaux et des chercheurs en matière d’études et d’analyses de la pauvreté en Guinée et en particulier celle des enfants « la protection sociale est un droit qui concrétise un pacte social entre l’Etat et le citoyen, renforce la cohésion nationale, favorise la solidarité et l’équité sociale ». Il ajoutera « mon departement travaillera étroitement avec tous les partenaires et notamment l’UNICEF, afin de réduire la pauvreté et améliorer le bien-être des communautés et des familles. »

Ali Komah, représentant le directeur général de l’INS — © UNICEF/K. Diallo

Pour Ali Komah, Chef du département de la cartographie de l’INS, représentant le directeur général , cette formation vient à point nommé, car « Les experts de l’INS sont désormais outillés aux méthodes d’analyse multidimensionnelle sur la pauvreté. C’est le lieu de remercier l’UNICEF, qui a toujours appuyé notre Institut comme récemment lors de l’enquête par grappes et à indicateurs multiples (MICS). »

© UNICEF/J. Morel

Le MODA, basé sur la satisfaction des droits fondamentaux des enfants, est centré sur sept dimensions essentielles à leur survie et leur bien-être : la nutrition, l’éducation de base, l’assainissement, l’accès aux soins de santé primaire, à l’eau potable, à un logement décent et à l’information. Prise individuellement et collectivement, l’analyse de ces indicateurs permet de mesurer le niveau de satisfaction des droits des enfants et, simultanément, leur degré de privation.

En Guinée, selon l’analyse MODA réalisée en 2014 sur la base des données de l’EDS-MICS 2012, 97% des enfants sont privés d’au moins un droit, 76% sont privés de deux droits et 47% sont privés d’au moins trois droits essentiels. Dans ce troisième cas de figure, ce sera par exemple un enfant qui souffre de malnutrition, qui vit dans un environnement insalubre et qui n’a pas accès à des soins de qualité.

Fara Émile Tenguiano, spécialiste en politiques sociales à l’UNICEF — © UNICEF/K. Diallo

Dans ce sens, la pauvreté monétaire est distincte des privations, comme l’explique Fara Émile Tenguiano, spécialiste en politiques sociales à l’UNICEF : « Lorsque nous parlons de la pauvreté de l’enfant, il ne s’agit pas de pauvreté monétaire tout court, mais des privations de droits tels que définis dans la Convention relative aux droits des enfants (CDE). En considérant le seuil national de pauvreté qui est de 8.000 GNF par jour et par personne, il est possible qu’un enfant vive dans un ménage considéré comme riche, alors qu’il ne va pas à l’école ou n’a pas accès à des services de santé de qualité. Ici, l’on dira que l’enfant est victime de privations, bien qu’il ne soit pas dans un ménage pauvre. »

Le formateur Chris de Neubourg, directeur du Social Policy Research Institute — © UNICEF/K. Diallo

Pour sa part, Chris de Neubourg, formateur durant l’atelier et directeur du Social Policy Research Institute (SPRI), a mis l’accent sur la nécessité d’adapter les réponses ciblant les enfants en fonction de leur âge et de leurs spécificités, afin qu’ils puissent s’épanouir pleinement sur les plans individuel et social. La pertinence de cette nouvelle approche est comprise à la lumière de son applicabilité et des interventions ciblées qu’elle permet de réaliser pour les enfants. À titre d’illustration, la simple analyse du taux de pauvreté monétaire de l’enfant n’informe pas sur les instruments ou les allocations et prestations nécessaires dans des cas précis.

A la suite de l’atelier, une équipe d’experts nationaux a été mise en place pour réaliser de façon continue des analyses de type MODA, chaque fois que le pays se dotera de nouvelles enquêtes nationales sur la situation des enfants. Cette équipe, la première du genre en Guinée, sera en mesure d’analyser les privations des enfants en se basant sur la satisfaction de leurs droits fondamentaux, tel que défini par la méthodologie MODA.

Jean Baptiste Sene, chef de la section Politiques sociales, Planification, Suivi et évaluation à l’UNICEF, et Dr Yamory Condé, secrétaire général du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation — © UNICEF/K. Diallo

Participant également à l’atelier, Jean Baptiste Sene, chef de la section Politiques sociales, Planification, Suivi et évaluation à l’UNICEF, lancera un appel dans ce sens : « Avec les techniques apprises ici, nous souhaitons que ces travaux soient le début d’un processus continu. Les groupes constitués ici pourront à l’avenir analyser les futures données statistiques sur la Guinée et produire des rapports actualisés sur la pauvreté multidimensionnelle de l’enfant de manière indépendante. »

C’est sur une note de satisfaction des participants que l’atelier a pris fin. Selon le coordonnateur de la MICS auprès de l’Institut national de la statistique (INS), Mamadou Dian Dilé Diallo : « La méthodologie MODA, avec ses techniques novatrices, nous permettra d’atteindre directement les enfants pauvres et vulnérables en Guinée. Elle vient compléter d’autres techniques déjà utilisés telle que l’analyse multidimensionnelle de la pauvreté mise en place par la Banque Mondiale et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). »

Cet atelier organisé par l’UNICEF, en collaboration avec le Social Policy Research Institute (SPRI), a connu la participation des cadres du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation, de l’Institut National de la Statistique (INS), ainsi que des enseignants-chercheurs et étudiants en Master et doctorants du Laboratoire d’Analyse Socio Anthropologie de Guinée (LASAG).

Kadijah Diallo, UNICEF Guinée