La Guinée en danger de désordre et de violence : Gassama Diaby met les points sur les i (Entretien)

18 octobre 2017 11:11:10
1

Comme la précédente édition, qui fut un succès éclatant, la deuxième édition de la Semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP) promet d’être un grand évènement national. A deux semaines des festivités, le ministre de la citoyenneté et de l’unité nationale, Kalifa Gassama Diaby, a eu un entretien hier mardi, avec plusieurs plateformes de jeunes et de la société civile. Ceux-ci étaient venus lui manifester leur « soutien et leur volonté » de l’accompagner dans ce processus.

Au terme de cet échange, nous avons interviewé le ministre Kalifa Gassama Diaby autour des questions de l’heure. Visiblement serein, lucide et déterminé mais toujours fidèle à lui- même, le ministre de l’unité nationale a répondu à nos questions, avec son franc parler habituel, et sans langue de bois. C’est un homme d’un calme olympien qui interpelle, qui reste tranchant et intraitable sur les valeurs et les principes, qu’il défend. Allergique à la démagogie, c’est un patriote viscéralement attaché à l’idée de Nation, de justice et à la liberté, qui brise le silence.

Guinéenews : des rumeurs courent dans la ville par rapport à la diminution surprenante du budget et au retard incompréhensible accusé dans le décaissement de l’argent. Au vu du succès de la première édition, n’y a-t-il pas une velléité de saboter l’édition 2017, aujourd’hui devenue si phare et populaire ?

Kalifa Gassama Diaby : Je n’ai ni l’envie, ni le temps encore moins l’énergie de polémiquer ou de commenter tel ou tel fait. Je fais et je ferai mon travail, pour mon peuple pour la nation Guinéenne.

Guinéenews : on est à deux semaines des festivités, vous n’avez toujours pas le nerf de la guerre à votre disposition et vos équipes doivent aller sur le terrain ?

Kalifa Gassama Diaby : Laissez- moi vous dire ceci : toute ma vie, parce que je suis fier d’être Guinéen,  j’ai voulu servir ce pays, mon pays, ma patrie, mon sang, servir l’intérêt général au-delà de toute autre considération, servir toutes les filles et tous les fils de ce pays, sans aucune distinction. Parce que j’ai pris l’engagement avec les guinéens en défendant cette loi devant la représentation nationale, au cours de laquelle tous les députés de tous les bords politiques m’ont fait l’honneur de voter unanimement pour son adoption. Je dois, donc, à cette représentation nationale, au gouvernement au nom duquel j’ai défendu cette loi instituant la SENACIP, et surtout au nom du peuple de Guinée, d’assumer jusqu’au bout ma responsabilité.

Guinéenews : en terme clair donc ?

Kalifa Gassama Diaby : en terme clair, je ferais cette deuxième édition, avec honneur, détermination et fierté, si c’est que vous voulez entendre. Je le ferais même avec un franc. Je mettrai toute mon énergie, toute ma détermination et toute mon âme patriotique. Je suis fatigué des polémiques futiles et inutiles. Je préfère consacrer mon énergie à servir ce peuple, tout le peuple, dans toute sa composante.

 Guinéenews : mais les fonds ne sont toujours pas disponibles ?

Kalifa Gassama Diaby : Même sans budget, je le ferai. Je dois cela à cette nation, dont je rêve tellement, dans sa grande diversité, dans sa grande générosité, voir vivre avec dignité, justice et fraternité. Que chacun fasse ce qu’il veut. A chacun sa responsabilité, et à l’histoire l’impitoyable justice et l’inévitable vérité.

Mon cher père qui est mon maître absolu sur terre après Dieu, m’a toujours appris que dans la vie, chacun ne fait que ce qu’il est en capacité de faire, en bien comme en mal. Mais que ce que Dieu a décidé cela se fera inévitablement. Et cela nul ne peut l’empêcher.

Nous courons tous derrière quelque chose dans notre finitude humaine, et nos destins imperturbables nous poursuivent inlassablement. Je n’ai que de l’amour et de la fraternité à donner à tous les Guinéens et pour tous les guinéens.

 Guinéenews : à deux semaines des festivités, quel est votre appel envers les guinéens ?

Kalifa Gassama Diaby : j’invite tous les guinéens, tout le peuple de Guinée à participer massivement et généreusement à cette deuxième édition de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix dont le thème portera sur la question et l’impératif de la Nation pour notre pays, ainsi que le rôle que doit jouer chacun d’entre nous…. Pour qu’advienne et vive une nation généreuse et prospère. Et je sais que les Guinéens participeront massivement à cet évènement de grande importance pour notre pays.

Guinéenews : donc, vous rassurez que la SENACIP aura bel et bien lieu

 Kalifa Gassama Diaby : Je vous donne rendez de vous le 1er novembre prochain.

Guinéenews : dans la cité, deux déclarations provoquent le tollé. D’abord, la sortie de Malick Sankhon

Kalifa Gassama Diaby : Personne n’a le droit de créer une milice dans un état de droit. Cela est illégal, cela est inacceptable.

Guinéenews : ensuite, il y a la déclaration du chargé de communication de l’UFDG, qui est allé loin en parlant des origines de Bah Oury, l’ex vice-président exclu.

Kalifa Gassama Diaby : le débat politique ne permet pas de porter atteinte à l’honneur et à la dignité de l’autre. Cela est inacceptable et injustifiable. Personnellement, je pense qu’il faut en finir avec cette manière de faire de la politique. De la violence à tout propos et à tout va. Aujourd’hui, la violence est devenue malheureusement la seule manière de faire de la politique en Guinée. Elle est dans les propos, dans les démarches et dans les attitudes. C’est ridicule ! Elle est devenue hélas l’expression de notre incapacité à faire preuve d’intelligence et de responsabilité.

Guinéenews : nous avons l’impression que vous prêchez dans le désert.

Kalifa Gassama Diaby : nos structures politiques, nos partis tous autant qu’ils sont, sont devenus les lieux d’expression de cette insupportable violence….Comme si les citoyens guinéens ne sont là que pour user de cette violence ou la subir. Je pense que les guinéens sont fatigués, ils veulent la paix, et vivre dans des conditions dignes.

Le rôle des responsables politiques n’est pas de créer ou d’entretenir la violence, mais plutôt de s’occuper du peuple, de leur trouver des solutions à leurs problèmes.

Guinéenews : comment voyez-vous les assemblées générales des partis politiques. Le RPG attaque à Gbessia, l’UFDG répond à la Minière. L’UFDG enchaîne à Matam ? Tous les samedis, nous assistons aux mêmes invectives.

Kalifa Gassama Diaby : Les assemblées générales des politiques, au lieu d’être des lieux d’expression démocratique, d’informations, d’éducation, de sensibilisation et de réflexion, sont devenues des foires à insultes, à la violence et aux concours à l’irresponsabilité, au détriment des vrais débats sur des vraies questions nationales et de société. Nous avons réduit notre jeu politique national à un jeu de virilité avilissante, aux concours de muscles, aux menaces et aux contres menaces, aux insultes et aux appels à la violence.

 Guinéenews : cela devient de plus en plus préoccupant en Guinée

 Kalifa Gassama Diaby : Justement, on dirait qu’en Guinée, prôner la paix, la prôner civilité, prôner le respect des lois de la république, prôner le respect des autres, c’est prendre le risque d’être traité de peureux au mieux et pire de traître ou d’ennemis.

Guinéenews : mais il revient à votre gouvernement de lutter contre l’impunité

Kalifa Gassama Diaby : Il revient à la justice de sévir, et d’agir contre toute forme d’insultes, d’appel à la violence, à la discrimination, à la haine quelle que soit les auteurs, et quelques soit les partis.

Car, il n’est pas acceptable dans l’intérêt du peuple et de la paix et de l’état de droit, que les partis politiques quels qu’ils soient, les responsables politiques se sentent et se pensent au- dessus des lois de la République.

 Si on veut être un véritable état de droit, chaque citoyen, qu’il soit simple citoyen ou responsable politique ou public, doit répondre devant la loi de ses faits ou méfaits illégaux. Dans le cas contraire, on n’est pas dans un état de droit.

Et là, on entretiendrait les terreaux de l’injustice et de la violence. L’impunité est devenue une menace pour notre pays.

Guinéenews : quel appel lancez-vous à la classe politique ?

Kalifa Gassama Diaby : Il est important que les partis politiques et les responsables politiques fassent preuve d’exemplarité républicaine et démocratique. Et cela doit commencer par en finir avec tout ce laisser- aller verbal et comportemental  dans tous les appareils politiques, qui friserait parfois le ridicule, si cela n’était pas suicidaire pour notre pays.

 

  • Pigoss Camara

    Si tous les leaders politiques pensaient , comme ce monsieur, la Guinée deviendrait un paradis pour tous les guinéens