lundi, 27 février 2017, 20:23 GMT

elhadj-saliou-vincentAprès les leaders des associations des victimes des différents évènements douloureux qui se sont déroulés en Guinée, la Commission Provisoire de Réflexion sur la Réconciliation Nationale (CPRN) a rencontré ce jeudi 16 février, les membres des organisations de la société civile ainsi que les médias, a-t-on constaté au palais du peuple de Conakry.  

 

La Guinée a connu des évènements ‘’désagréables’’ qui méritent des réflexions afin que la justice soit rendue, a rappelé Mamadou Diallo, chargé de programme à OSIWA qui indique qu’une première partie du travail est achevée. Alors, poursuit-il, il est temps et essentiel pour cette deuxième partie que tous les partenaires qui ont commencé le boulot puissent le continuer.

Dans son explication, le représentant d’OSIWA a affirmé que le premier travail a consisté à recueillir les idées et les recommandations. Donc, dit-il, pour cette deuxième étape, il s’agit des applications de toutes ces idées et recommandations. « La fondation OSIWA est prête à soutenir la Guinée dans toute initiative allant dans le sens de la réconciliation et le renforcement de la cohésion nationale», a-t-il promis.        

Dans la même logique, le représentant adjoint du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (HCDH) a souligné que les consultations nationales ne mettent pas fin au processus de réconciliation mais plutôt, elles sont le début d’une longue évolution.

«Les recommandations qui ont été faites sont le fruit des points de vue qui ont été collectés à travers la consultation faite auprès de la population. C’est pourquoi, il est important que les populations s’approprient ces recommandations», a fait comprendre Boukpessi Yves.

Dans son intervention, le Coprésident de la CPRN a rappelé que cette rencontre avec les leaders des organisations de la société civile et des médias, représente une session de partage qui entre dans le cadre de l’agenda de leur activité consacrée à la vulgarisation et à la dissémination des résultats des recommandations et des consultations nationales dont le rapport a été remis le 29 juin 2016 au chef de l’Etat pour une appropriation par toutes les parties prenantes au processus de réconciliation nationale.

«Ces consultations et recommandations sont fondées sur les éléments structurants d’un processus de réconciliation, à savoir le droit à la vérité, à la réparation, à la justice et les garanties de non répétition», a fait savoir Mgr. Vincent Koulibaly.

«Nous sommes convaincus de solder nos contentieux des violations des droits de l’homme en Guinée conformément à notre mandat. C’est pourquoi, des avis des populations guinéennes, plus de 9 000 compatriotes, y compris ceux de la diaspora, ont été recueillis».  

Sékou Sanoh

Conakry, Guinée 224-664-35-11-21

Sékou Sanoh