Kindia: quand le Bembeya Jazz fait vibrer les militaires au camp

15 novembre 2017 18:18:26
0

Le mythique et emblématique orchestre Bembeya Jazz National s’est produit le week-end dernier au camp Keme Bourema de Kindia. C’est à la place des armes dudit camp que les compagnons du guitariste Sékou Diabaté ont tenu en haleine, pendant 8 heures les militaires et certains nostalgiques de musique authentique.

 

Ce concert placé sous le signe de la sensibilisation des hommes en uniforme, vise à saluer et à accompagner le succès de la réforme de l’armée guinéenne engagée par le président Alpha Condé.

Selon Sékou le Gros, trompettiste et membre fondateur de l’orchestre, leur motivation  de jouer devant les militaires à Kindia, provient du manque de civisme. Alors, se produire devant l’armée, c’est apporter à leur manière, la pierre à l’édifice  «  C’est par patriotisme, par esprit civique par ce que l’armé est la partie la mieux organisée de la nation. Si vous remarquez notre nation a perdu de sa verve dans le civisme. Il y a un déficit criard de civisme et de patriotisme, seul au sein de forces armées nous avons encore  la chance d’avoir une armée républicaine avec les militaires républicains. Sinon comment tu vas comprendre que 4 mille militaires soient mis à la retraite à la même période sans que le pays soit à feu et à sang. Notre armé a accepté la reforme  c’est une action qui ne doit pas passer sous silence donc, il faut venir saluer et leurs encouragés à travers les casernes du pays. C’est ce que nous sommes en train de faire en tant que patriotes c’est ce qui vaudra ce concert à Labé, Kankan, N’Nzérékoré et partout ailleurs ».

Satisfait  de la prestation de l’orchestre, le préfet de Kindia s’en souvient : « les souvenirs sont encore présents dans les esprits. Le spectacle dont l’orchestre Bembeya vient de nous gratifier, nous replonge dans notre  jeunesse. Quand nous étions au collège ,au lycée et à l’université, on dansait les morceaux de Bembeya Jazz National. C’était vraiment notre fierté, la fierté nationale. Assister aujourd’hui à un spectacle de cet ensemble orchestral, c’est revivre le passé ».

 Pour la petite histoire, retenez que l’orchestre Bembeya Jazz a été crée le 15 avril 1961 à Beyla. Il tire son nom de la rivière qui traverse ladite ville. C’est un orchestre  rempli d’authenticité qui a revalorisé la culture guinéenne. L’une de ses chansons phares « Kemebourama» fait évidemment référence au camp de Kindia. « C’est émotionnel de voir Bembeya Jazz National venir tenir un concert  géant dans l’enceinte du camp kemebourema. Et ouvrir le spectacle par le morceau  « kemebourema », ça fait chaud au cœur. ça témoigne les relations civilo-militaires et cela nous permet de comprendre que la population guinéenne adhère à la réforme du secteur de défense et de sécurité ». Reconnait Hadja Aicha Camara, directrice préfectorale de l’action sociale.

Enfin, Sékou le Gros et Sékou Diabaté, tous deux membres fondateurs de l’orchestre et seuls survivants qui encadrent les jeunes artistes membres ont profité pour lancer un appel aux jeunes en leur demandant de venir adhérer l’orchestre afin d’assurer la relève : « Aujourd’hui le Bembeya continu sa mission qui n’est d’autre que de faire la promotion de la culture authentique guinéenne et africaine. Donc, nous demandons aux jeunes de venir prendre la relève. A quoi bon d’imiter les autres quand on sait que les autres sont en train de nous imiter ? ».