dimanche, 26 mars 2017, 05:25 GMT

Tôt ce mardi 10 janvier 2017, les étudiants de la 2ème année de l’école nationale de la santé ont boudé les salles de classe pour exiger leurs matricules. Ils étaient environ une centaine à avoir exprimé leur ras-le-bol à l’endroit de leurs autorités.

 

« On a été promis qu’avant d’aller en congé ou au retour des congés, on aura nos matricules, mais tel n’a pas été le cas. Nous sommes partis demander à la direction, ils nous ont rien donné comme réponse fiable et c’est pourquoi nous avons décidé d’aller en grève. Il s’agit des éléments d’identification que tout étudiant doit avoir », a affirmé Gnako Théro, le Porte-parole des étudiants grévistes.

 

Depuis l’année dernière, ces étudiants mènent des démarches pour entrer en possession de ces matricules mais sans succès. Ce mouvement de protestation qui largement paralysé les cours ce mardi à l’institut, a mobilisé des responsables en charge de l’enseignement technique et de la formation professionnelle en vue de calmer les ardeurs des protestataires.

 

 « C’est effectivement leurs droits de partir en grève, mais nous n’avons pas eu assez de temps pour mener des négociations auprès du département. Donc, j’ai demandé aux étudiants de nous donner le temps de remonter l’information pour savoir pourquoi les étudiants n’ont pas eu de matricules. On a demandé les autorités à Conakry de revoir leur cas puisque la situation ne date pas d’aujourd’hui, c’est depuis l’année dernière », a expliqué Mohamed Cissé, Directeur régional de l’Enseignement Technique, de la Formation Professionnelle de Kindia.

 

Hormis ces matricules, ces jeunes étudiants veulent aussi s’assurer de la situation de leurs diplômes puisque tout semble être confus à leur niveau. Certains responsables interrogés sur ce sujet,  pensent que le problème se situe entre le ministère de l’Enseignement Supérieur et celui du Pré-Universitaire.

 

Pour l’heure, ces grévistes ont suspendu leur mouvement de protestation et menace de le reprendre dans les jours à venir si entretemps, leur revendication n’est pas satisfaite.

Mamady Mara

Kindia, Basse Guinée Tél : 224 621 86 10 10

Mamady Mara