Kindia : les autorités locales en quête de solution pour lutter contre l’insalubrité

25 juin 2017 3:03:44
1

En cette saison hivernale, la ville de Kindia présente un visage peu reluisant. Des tas d’immondices jetées au bord des rues, des fosses septiques évacuées sur les cours d’eau et des caniveaux bouchés, a-t-on constaté sur place.

Face à cette situation, Famoro Condé, directeur préfectoral de l’environnement de Kindia menace de sévir. « Pour limiter les dégâts causés par la pollution de la ville, nous avons pris certaines mesures : l’interdiction à toute personne de jeter les ordures dans les cours d’eau, dans les caniveaux, dans la rue et autres lieux publiques. Les ordures polluent les cours d’eau au point de provoquer la disparition de la faune et de la flore » a-t-il expliqué.

Poursuivant, M. Condé a également précisé que les ordures peuvent causer des conséquences sur l’environnement. C’est pourquoi, pour mieux sensibiliser sa population, il dit que la direction préfectorale compte s’engager dans une vaste campagne de sensibilisation à travers de toute la ville.

« D’abord, nous allons organiser dans un premier temps des séries de sensibilisation en demandant aux riverains d’éviter de jeter les ordures dans les caniveaux et les cours d’eau mais leur amener à curer ces endroits à défaut les sanctions vont suivre », a-t-il martelé.

Excepté les marchés et les caniveaux, cette insalubrité est aussi visible au niveau des trois marigots qui traversent la ville où les ordures ménagères y sont jetées.

Interrogés sur cette situation certains citoyens se disent inquiets surtout à l’annonce de la grande pluie. « Parce que si ce marigot est bouché l’eau va déborder  et il y aura des inondations », a confié Djenabou Cissé, une riveraine.

Quant à Amara Keita, citoyen au quartier Manquepas, il renchérit : « Les citoyens doivent avoir un comportement de civisme en évitant de jeter les ordures partout mais ici à Kindia on n’y trouve aucune poubelle installée dans les lieux publics mais aussi les entreprises de collecte et de ramassage des ordures n’existent pas. Il faut que l’Etat aide les citoyens dans ce sens », dit-il.

Une invite est faite donc faite à l’endroit de toute la population de Kindia à privilégier l’hygiène et l’assainissement afin de vivre dans un environnement propre.

 

  • CONDÉ ABOU

    C’est les mêmes problèmes récurents d’assainissement, de collecte et d’évacuation des ordures ménagères, de traitement industriel des déchets et de salubrité partout dans le pays, surtout en cette saison hivernale très risquée pour la santé publique. Les besoins d’investissements publics sont immenses dans les Communes et dans les Prefectures

    Quelle que soit la bonne volonté de certains Responsables administratifs sur place, comment voulez-vous qu’ils soient capables de faire du résultat, dès lors que les Communes, Préfectures et Régions ne disposent quasiment pas de budgets au service du développement local ?

    Bref, c’est la politique de décentralisation qui est un échec complet pour le pays, contrairement à celle de nombreux pays voisins qui s’en sortent plutôt bien en matière de budgets locaux et de coopération internationale décentralisée.

    Comment peut-on faire du résultat, en comptant sur les subventions budgétaires venant de façon aléatoire de Conakry, ou de la Mine de Débélé, en l’absence de ressources budgétaires collectées sur place par les administrateurs territoriaux ?

    Le retour de l’impôt per capita par exemple, et de tous les autres impôts et taxes basiques, est incontournable pour rendre viable, le fonctionnement des Communes et des Prefectures.

    L’essentiel est que le système de contrôle des Finances publiques soit capable de combattre la corruption, les malversations financières et la mauvaise gestion des ressources publiques, pour que même la coopération internationale décentralisée revienne vite au pays.