Kindia: les autorités de l’Urbanisme en guerre contre les aménagements clandestins

11 octobre 2017 15:15:35
0

Les aménagements clandestins sont devenus monnaie courante ces derniers temps. Les différents schémas directeurs élaborés à cet effet par l’Etat ne sont respectés aujourd’hui par les propriétaires coutumiers qui aménagent leurs domaines comme bon leur semble. Et ces aménagements clandestins se font le plus souvent à l’insu des autorités.

A Kindia, cette situation a atteint un niveau très inquiétant. Un état de fait que le Directeur préfectoral de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Construction de Kindia a cru devoir dénoncer.

«C’est un travail qui obéit à tout un processus. On ne peut pas décider de soi-même comme ça pour dire que je suis propriétaire  d’un terrain, je décide de l’aménager sans connaitre les paramètres qui entrent en jeu », explique Kalil Touré.

Quand les domaines sont anarchiquement occupés, cela peut entraîner à la longue des problèmes au niveau des équipements, des voiries et des parcelles habitables et même une agression environnementale.  C’est pourquoi Kali Touré sort de son silence pour inviter les chefs de quartier et de district à les accompagner dans cette offensive contre ces personnes.

« Il y a lieu de porter notre voix aux citoyens à travers les élus locaux pour un accompagnement conséquent afin de lutter contre ces aménagements clandestins.», ajoute  le Directeur préfectoral de l’Habitat.

Ce morcellement  domanial dont il s’agit est beaucoup fréquent dans la commune rurale de Mambia où certains coutumiers ont même des maçons. D’autres par contre, se permettent même d’aller en brousse, avec des décamètres, pour ‘’aménager’’ des domaines.

« A partir de Conakry jusqu’à Coyah, il y a une organisation clandestine qui est mise en place par les aménageurs et ceux-ci sont en train de nous envahir. Même les simples commerçants se disent qu’ils sont aménageurs alors qu’ils ne connaissent rien de l’aménagement », regrette Nyankoye Sagno, ingénieur aménagiste à la direction de l’Habitat.

Pour réprimer ces genres d’agissements, les autorités en charge de l’Aménagement ont décidé cette semaine, avec la collaboration de la gendarmerie, de traquer toutes les personnes qui se livreraient à cette pratique. Un bulldozer qui travaillait clandestinement dans un quartier de la commune urbaine a été saisi par la brigade de gendarmerie. Certes, l’Etat guinéen  a reconnu le droit coutumier, mais beaucoup de ces propriétaires terriens ne savent pas la différence entre être un coutumier et avoir le droit d’aménager.