Kankan : comment des assaillants ont soustrait un des leurs à la prison devant la sécurité ?

27 août 2017 12:12:45
0

Les habitants du district de Batè Coba dans la sous-préfecture de Balandou fortement mobilisés, ont assiégé dans la matinée de ce samedi, 26 Août la prison centrale de Kankan avant de faire libérer un des leurs qui y était emprisonné. Très en colère contre ce qu’ils qualifient d’arrestation arbitraire d’un certain Doussou Bréma Sidibé, la foule composée des jeunes et femmes venues de Batè Coba, localité située à 35 Km du centre-ville de Kankan, a investi l’enceinte de la prison principale en défonçant le portail principal du centre pénitencier. 

Les cellules abritant les prisonniers ont été épargnées de peu grâce au déploiement en renfort des militaires du camp militaire Soundiata Keita. Les coups de sommation et jet de gaz lacrymogène des services de sécurité n’ont pas dissuadé les villageois décidément venus en nombre et prêts à en découdre avec toute autorité qui s’opposerait à la libération de Doussou Bréma.

Au terme d’une altercation de près de 2 heures de temps entre villageois et responsables des services de sécurité, le prisonnier a été sorti et mis à la disposition des manifestants. Selon les témoignages recueillis sur les lieux, cette arrestation qui a suscité la révolte des habitants de Batè Coba, ferait suite à un conflit domanial qui oppose ledit district à celui de Djansoumana.

Or, un certain Charles Haba juge d’instruction au tribunal de première instance de Kankan, est accusé d’être à l’origine de cette arrestation. Pour des besoins de recoupement, le procureur de république Ibrahima Kabele Bangoura en vacance nous a renvoyé vers son substitut qui s’est dit assez occupé lorsqu’on l’a joint au téléphone.

En attendant d’avoir sa version des faits, la foule venue de Batè Coba a célébré la libération de Doussou Bréma Sidibé qui a été porté en triomphe sur le chemin du retour. Avec cette libération, c’est une fois encore l’autorité de l’Etat qui aurait pris un sérieux coup selon des observateurs. Et cet exemple risque bien de faire tâche d’huile dans la région de Kankan.

Amadou Timbo Barry Kankan, pour Guineenews.