Journée mondiale des handicapés: la Guinée s’engage à protéger cette couche vulnérable

05 décembre 2017 11:11:03
0

« Chacun peut basculer dans le handicap de façon inattendue… », c’est le thème retenu cette année par les Nations unies pour la célébration de la 25ème édition de la journée internationale des personnes handicapées. Elle a été célébrée ce 3 décembre 2017. A Conakry, c’est à la Bluezone de Kaloum que cet événement a été fêté en présence du Premier ministre Mamady Youla, mais aussi des personnes handicapées venues des quatre régions du pays. La célébration de cette journée par la Guinée est un avantage dans la reconnaissance des droits des personnes handicapées, car  contrairement aux années antérieurs, où on se contentait des déclarations fades, cette année, des partenaires techniques et financiers comme l’Unicef, le PNUD et l’UNFPA, se sont impliqués dans l’organisation de la cérémonie afin de montrer à tout le monde ce dont sont capables les personnes handicapées. Car, des produits que ces handicapés ont fabriqués ont été exposés au grand public.

Consciente de la vie que mènent les personnes handicapées, la ministre de l’Action Sociale, Mme Diaby Mariama Sylla, a lancé un plaidoyer pour la protection et la promotion des personnes handicapées: « Je plaide pour des mesures de protection et de promotion à travers l’éclosion d’environnements favorables, le développement des services de réadaptation et d’appui, l’offre d’une protection sociale suffisante, l’établissement des politiques et programmes inclusifs et enfin, la promotion et le respect des normes et législations pour le bénéfice des personnes handicapées et des communautés dans leur ensemble. Ces investissements qui n’épargnent personne auront l’avantage de faciliter la libération de l’énorme potentiel, du génie créateur et du talent qui sommeillent en chacune des personnes handicapées ».

Quant à Kadiatou Bangoura du Centre Sogué, centre où les aveugles et malvoyants suivent des formations, a expliqué les conséquences que peuvent subir les personnes handicapées si elles ne sont pas prises en charge : « Je voudrais attirer l’attention des autorités sur une forme d’injustice rarement dénoncée, souvent encouragée de manière insidieuse. Le handicap compte parmi les vulnérabilités qui, si elles ne sont pas correctement prises en charge, ont la particularité de provoquer la dégradation de l’être humain qui les porte. Il est encore plus inquiétant lorsqu’il s’attaque à la vue. La gravité s’accentue une troisième fois quand la victime est un enfant. Enfin, quatrièmement, le handicap devient synonyme d’enfer lorsque toutes ces circonstances malheureuses s’entassent chez une fille ».

Après avoir écouté ce discours si pathétique de Kadiatou Bangoura, le Premier ministre Mamady Youla s’est engagé à appuyer les programmes de protection des personnes handicapées : « Pour une meilleure interprétation et application, la convention relative aux personnes handicapées doit être accompagnée au plan national de mesures d’ordre législatif et administratif plus explicites et accessibles à tous. Dans cette optique,  au nom du Président de la République, je voudrais vous réitérer l’engagement du Gouvernement guinéen à appuyer les programmes de protection et de promotion des personnes handicapées de Guinée, y compris l’adoption d’un Projet de Loi tenant compte de nos réalités et de nos contraintes ».

Et justement, voilà que depuis neuf ans, un projet de loi consacré à la protection des personnes handicapées dort dans les tiroirs du gouvernement. Le président de la fédération guinéenne des personnes handicapées (FEGUIPHA) a indiqué qu’ « il est important que le gouvernement mette des moyens pour la fin de la révision de la loi de 2008 qui stagne à son niveau.«