Journée mondiale de l’Alimentation: l’événement célébré en grande pompe à Mamou

17 octobre 2017 11:11:11
0

Placée sous le thème « changeons l’avenir des migrations, investissons dans la sécurité alimentaire et le développement rural », la journée mondiale de l’alimentation a été célébrée le 16 octobre dans la ville carrefour Mamou. Des personnalités de Mamou, des agences onusiennes (FAO, PAM, OIM) et des fonctionnaires des ministères de l’Agriculture, de la Pêche, de l’Elevage, et de l’Environnement se sont donné rendez-vous à la Maison des jeunes pour célébrer cette journée.

Cette journée mondiale a été mise à profit par les participants pour  discuter et analyser les stratégies devant permettre à l’alimentation et l’agriculture d’évoluer pour faire face aux effets négatifs de la migration irrégulière.

Dans son discours, le gouverneur de Mamou a mis l’accent sur les difficultés d’accès aux zones de production. « La région de Mamou recèle d’importantes potentialités agricoles mais l’enclavement de certaines zones de production constitue un handicap dans l’acheminement de la production vers les zones de commercialisation et de consommation. C’est le cas de Farenta qui est le grenier de la préfecture de Mamou. Si cet handicap est surmonté, cela permettrait à notre région de participer activement à l’atteinte de la sécurité alimentaire », a affirmé Amadou Oury Diallo.

Mohamed Hama Garba, le Représentant de la FAO a, quant à lui, placé l’évènement dans son contexte : « lorsque les gens migrent par nécessité, par détresse et par désespoir, c’est une autre affaire. La migration forcée tire ses racines dans les conflits, l’instabilité politique, la pauvreté extrême, la faim, la dégradation de l’environnement et les impacts des changements climatiques. Selon le dernier rapport de la FAO, du PAM et du FIDA, 815 millions souffraient de la faim en 2016 dans le monde. »

Poursuivant, le Représentant de la FAO a égrainé un chapelet d’activités qui peuvent retenir les candidats à la migration « il faut d’urgence des opportunités d’emplois décents qui peuvent être créés par l’agriculture productive et des activités de soutien tels que les recherches semencières, les crédits, les infrastructures de stockages et les entreprises agro-alimentaires pour convaincre le rang croissant de jeunes des zones rurales qui peuvent trouver sur place un sort meilleur que les dangereux périples vers des destinations inconnues », a-t-il rappelé.

En marge de ces travaux de réflexions, des activités sportives ont été organisées contre la faim tel que l’athlétisme qui a mis aux prises des jeunes filles et garçons sur 500 mètres qu’ils devaient parcours.

Les groupements maraichers de Mamou ont bénéficié des semences d’aubergine, de gombo, de choux, d’engrais NPK, de l’urée, des brouettes, des pelles, des râteaux

La célébration de cette journée a pris fin par la visite des officiels dans les différents stands installés dans la cour de la Maison des jeunes où des producteurs agricoles et personnels des Institutions des Nations Unies ont exposé leurs produits.