jeudi, 30 mars 2017, 02:35 GMT

 

La décision judiciaire contre un responsable politique à Guéckédou et les affrontements que celle-ci a provoqués entre forces de l’ordre et population continuent de susciter des réactions au sein de la classe politique qui parle de décision politico-judiciaire. Interrogé sur la question, le président du RDIG entend porter plainte contre le préfet de Guéckédou pour « allégations mensongères », contre sa personne.

 

Selon le président du Rassemblement pour le Développement Intégré de la Guinée (RDIG), le nommé Désiré, qui est un responsable dudit parti, est victime de son choix politique. « Aujourd’hui, il est injustement arrêté et déporté à Kissidougou avec la complicité du préfet Mohamed V qui dit une chose et son contraire », estime M. Telliano.

 

Tout est parti des missions d’inspection dans la sous-préfecture de Koundou, où M. Désiré est le maire. Selon M. Telliano, une première mission nationale d’inspection, en 2014, avait relevé un déficit de 12 millions de francs guinéens dans la gestion du maire. Une autre mission locale commanditée, d’après lui, par le préfet reproche à Désiré un détournement de 23 millions de francs guinéens. « Et automatiquement, Monsieur le préfet l’a suspendu de ses fonctions pour son choix. Parce qu’après maintes tentations pour qu’il rejoigne la mouvance présidence, connaissant sa notoriété et sa probité morale, surtout ce qu’il représente pour la préfecture de Guéckédou, ayant épuisé toutes les voies pour le faire changer de camp, en vain, la dernière cartouche, c’était de l’accuser arbitrairement et d’intenter une procédure judiciaire contre lui. Ce qui fut fait pour le condamner à 3 ans de prison ferme avec confiscation de ses biens, comme si on était dans les années 60, avec une amende de 5 millions de francs guinéens », explique le préside du RDIG.

 

« Mais ce qui est surprenant, c’est que ce sont trois personnes qui ont été jugées et condamnées à la même peine. Mais l’acharnement c’est contre Désiré. C’est lui seul qui a été déporté à Kissidougou et les autres sont rentrés chez eux. C’est ce qui est paradoxal », déplore Marc Telliano qui invite ses frères leaders de la région forestière à engager une action concertée pour dénoncer ces agissements.

 

Le président du RDIG qui dit avoir été accusé par le préfet de Guéckédou entend porter plainte contre ce dernier. « Le préfet fait déjà une fuite en avant en m’accusant d’être l’instigateur des mouvements. Eux qui disaient par le passé que le RDIG est mort, voilà qu’un responsable du RDIG qui est arrêté et c’est toute la population qui se soulève. Ça prouve à suffisance que le RDIG vit sinon, un seul responsable ne peut pas faire soulever toute une préfecture. Je vais porter plainte contre le préfet pour allégations mensongères et voir si nous pouvons saisir la Cour de la CEDEAO pour que justice soit rendue », annonce Jean Marc Telliano.

Conakry, Guinée, Tél : 224-655-22-22-39

Guilana Fidel Momou