Interdiction de la coupe de bois : une décision qui crée polémique à Labé

17 juillet 2017 9:09:23
0

Tout est parti d’un communiqué signé du préfet de Labé et rendu public il y a quelques jours et qui interdit formellement tout trafic de bois du 1er juillet au 30 septembre 2017 à l’échelle de Labé. Une décision jugée unilatérale par des exploitants du bois à Labé qui disent ne pas comprendre pourquoi cette interdiction ne touche que la préfecture de Labé.

«Ces derniers jours, on n’a entendu à la radio que la coupe du bois est interdite pour trois mois dans la préfecture de Labé. Le souci ou le doute qu’on a, c’est le fait que c’est n’est pas une décision nationale mais c’est juste pour Labé. Donc, cela nous inquiète beaucoup», a déclaré  Yagouba Diallo, un des exploitants de bois à Labé.

‘’L’interdiction est bel et bien nationale », a répliqué Diao Diallo, le responsable de la section préfectorale des Eaux et Forêt de Labé. «L’interdiction est réelle. Il y a eu un document qui a été établi par monsieur le préfet de Labé sur une base légale. Parce qu’on a un document qui précise que la coupe et la circulation du bois sont interdites sur toute l’étendue du territoire national du 1er juillet au 30 septembre de chaque année. C’est un document de base, donc on applique le contenu strict de ce document», précise ce gardien de l’environnement.

En plus de cette confusion, les ouvriers dénoncent une mauvaise fois des vendeurs de bois qui, malgré la disponibilité d’un grand stock, préfèrent attendre la crise pour liquider avec un prix d’or  beaucoup de leurs produits.

«Nous pensons qu’il y a une magouille dans cette situation car l’année dernière, à pareil moment des vendeurs ont attendu la crise pour commencer à vendre cher leur stock de bois. Quand tu viens acheter, on te dit qu’il n’y a pas de bois. Voilà une chose qui nous fatigue, nous ouvriers », dénonce Yagouba Diallo.

Par rapport à ces accusations, le chef de la section préfectorale des Eaux et Forêt de Labé estime que cela est une cuisine interne entre ouvriers et commerçants de madriers et que son service ne pourra qu’intervenir pacifiquement. Mais toutefois si, poursuit-il, le problème nécessite une intervention de son service, qu’il ne ménagera aucun effort pour tenter d’y trouver une solution.