Insertion socioéconomique des jeunes: la question au cœur d’une concertation à Conakry

13 septembre 2017 16:16:11
0

Le manque d’emplois reste préoccupant en Guinée. Des milliers de jeunes sortent chaque année des universités guinéennes. Mais trouver de l’emploi, demeure très difficile pour eux. Pour tenter de parer cette situation, le ministère de la Jeunesse vient d’initier une rencontre qui regroupe des jeunes, des partenaires techniques et financiers de l’Etat, des institutions publiques, des départements  ministériels qui devront, pendant 3 jours, se pencher sur cette problématique.

Ouvertes ce mercredi 13 septembre, ces journées de concertation sur l’insertion socioéconomique des jeunes ont réuni 70 cadres venus de différentes structures.

«Pour faire face à la crise d’emplois et pour permettre à des milliers de jeunes d’avoir accès à l’emploi, mon département, avec l’appui des institutions, a initié et mis en œuvre des programmes et projets spécifiques favorisant l’insertion socioéconomique des jeunes en Guinée. […] Si une politique de l’insertion socioéconomique des jeunes ne prend pas en compte à la fois les attentes des jeunes, les exigences de l’entreprise ou la volonté politique, elle ne peut avoir un impact véritablement satisfaisant. Il nous faut nous assurer de l’implication effective de tous les acteurs  à toutes les étapes du processus de conception, d’élaboration, de mise en œuvre et d’évaluation des politiques d’insertion socioéconomique  des jeunes», a expliqué le ministre de la Jeunesse, Moustapha Naïté.

Du 13 au 15 septembre, les participants à cette rencontre vont débattre des  stratégies qu’il faut adapter pour améliorer et amplifier les efforts du gouvernement en faveur des jeunes, des initiatives nouvelles à développer, pour accroître les opportunités d’insertion socioéconomique des jeunes et du mécanisme à mettre en place pour favoriser l’implication de l’ensemble des acteurs et assurer une meilleure coordination des efforts.

Moustapha Naité a ensuite invité les participants à approfondir la réflexion dans ces différents domaines et soumettre au gouvernement des propositions réalistes pour développer des partenariats féconds entre les intervenants et améliorer les conditions de vie des jeunes.