Insécurité routière à N’Zérékoré: le Cdt Sy Savané accuse le manque de logistiques

07 novembre 2017 10:10:23
0

« Nous empruntons les taxis-motos pour certaines interventions »

Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité grandissante le long des routes et surtout pour faire face aux nombreux cas d’accidents de la circulation, les services de sécurité de N’zérékoré sont souvent accusés par la population de ne pas jouer leur rôle.

Face à ces critiques, le responsable de la compagnie de sécurité routière de N’zérékoré vient de sortir de son silence.

Dans une interview accordée aux médias locaux, le commandant Aly Sy Savané a pointé du doigt le manque de moyens logistiques pour intervenir sur le terrain. Selon lui, les agents sont souvent obligés d’emprunter les taxis-motos pour faire face à certaines situations, notamment les accidents de la circulation et pour rechercher des voleurs de motos et bandits qui longent les routes.

« Nous n’avons pas de moyens de déplacement. Nous n’avions ni moto ni véhicule, on se rend sur les lieux à travers les taxis-motos avec des difficultés. Parce que vouloir se rendre sur le champ et que tu n’as pas les possibilités et que c’est la nuit, il y a des motos-taxis qui ne peuvent pas se déplacer compte tenu de beaucoup de risques d’insécurité », a déploré l’officier.

Pour remédier donc à cette situation, le commandant Aly Sy Savané demande à l’Etat et à la hiérarchie de venir en aide.

« Il faut que l’Etat nous vienne en aide maintenant là pour que nous puissions faire le travail à la satisfaction de notre population », a-t-il demandé avant de conseiller à cette population de ne jamais se rendre justice.

Pour le commandant de la compagnie de sécurité routière de N’zérékoré, les citoyens doivent accepter de partager les peines des agents en les respectant et les laissant faire le travail malgré les maigres moyens.

Il faut par ailleurs rappeler que hormis les difficultés logistiques, la préfecture de N’zérékoré est confrontée à une insuffisance d’agents de sécurité. Une réalité que les membres de la commission défense et sécurité de l’Assemblée nationale ont dénoncée récemment au cours de leur visite dans les différentes unités de la région.