Insalubrité à Conakry: l’autoroute ‘’Le Prince’’ envahie par les ordures

08 septembre 2017 11:11:22
0

On observe des montagnes d’ordures  partout à Conakry.  Dans la commune de Ratoma par exemple, les tas immondices  envahissent les chaussées tout au long de l’autoroute ‘’Le Prince’’. De Sonfonia au Marché de Koloma en passant par Cosa, elles obstruent le passage et créent d’énormes bouchons et des accidents.   A Cosa, précisément au niveau de Camp carrefour, le passage était presque impossible hier mardi soir. Ici, les véhicules sont obligés de passer un à un, a constaté sur place Guinéenews.org. Des citoyens rencontrés ne cachent pas leur indignation.

« Je me demande comment les gens peuvent être aussi irresponsables pour jeter les ordures au beau milieu de la route. C’est dommage ! Mais je condamne le gouvernement car il ne fait rien pour débarrasser la ville de ses ordures. Au moins, s’il y avait des dépotoirs, on allait comprendre. Mais là, on est obligé de faire avec. Depuis 20 minutes, on est là à attendre dans le bouchon pour pouvoir passer. Trop c’est trop », peste Mamadou Oury, un enseignant rencontré à Cosa.

« On rentre à 22heures. Arrivé le matin, on trouve que les ordures ont augmenté. On est vraiment fatigué » explique Alhassane, vendeur de gadgets téléphoniques au rond-point de Cosa qui ne sait plus à quel saint se vouer.

A Sonfonia aussi, c’est le même décor : presque plus de passage pour les véhicules. Sadio indexe l’Etat et appelle les citoyens à agir.

« Les ordures, c’est nous qui les produisons. Si l’Etat ne fait pas face à nos préoccupations, nous pouvons le pousser à faire son devoir. Donc, j’invite les citoyens à  prendre ces immondices et à les jeter devant le palais Sékoutoureah pour pousser Alpha Condé à prendre ses responsabilités.», a-t-il lancé.

« Si les citoyens ont eu le courage de déposer les ordures dans les rues de la capitale, la faute ne peut être imputée qu’aux  responsables du gouvernorat de la ville de Conakry », accuse Sadio.

  « C’est le gouverneur Sorel qui avait demandé aux citoyens de prendre les ordures et les déposer au niveau des carrefours et des trottoirs et que des camions vont venir les récupérer. Seulement ces camions ne viennent qu’une seule fois par semaine », dénonce-t-il.

 Selon plusieurs observateurs, la ville de Conakry n’a jamais été aussi sale. Les citoyens et l’Etat ont leur part de  responsabilité dans cette insalubrité qui a pris des proportions vraiment inquiétantes.

Pour rappel, le mois d’août dernier, un éboulement à la décharge de Dar-es-Salam, un quartier de la haute banlieue de Conakry, avait fait une dizaine de morts.