Infections au VIH/Sida: la Guinée compte plus de 120 mille cas (officiel)

01 décembre 2017 19:19:02
0

«Droit à la santé », est le thème retenu cette année par l’ONUSIDA pour la célébrer ce 1er décembre de la journée mondiale de lutte contre le sida. Une journée célébrée partout dans le monde depuis 36 ans. En Guinée, la cérémonie a eu lieu au Palais du peuple sous la présidence du Premier ministre Mamady Youla.

La rencontre a mobilisé aussi plusieurs autres personnalités notamment des représentants des institutions internationales et du Centre national de lutte contre le sida (CNLS), des membres du gouvernement ainsi que des représentants d’ONG œuvrant dans le cadre de la lutte contre le sida.

Selon le secrétaire exécutif du Comité national de lutte contre le Sida (CNLS) Dr Abass Diakité, l’épidémie du VIH/Sida représente une cause importante de la mortalité et de morbidité avec un impact négatif au plan humain mais également sur le plan du développement économique et social.

Sa prévalence qui varie selon le sexe,  est de 1,7% au sein de la population générale. « Elle est de 2,1 % chez les femmes contre 1,2% chez les hommes », affirme Dr Abass qui s’est, en outre, réjoui du fait que des résultats notables aient été enregistrés durant l’année écoulée.

Parlant toujours du cas de la Guinée, la coordinatrice du système des Nations unies Séraphine Wakana a déclaré que « plus de 120 000 personnes sont affectées et seulement 35 % ont accès au traitement antirétroviral ».

Elle s’est par ailleurs réjouie du fait que cette année, de façon générale, des étapes significatives aient été franchies. «Près de 21 millions de personnes vivant avec le VIH, sont désormais sous traitement et les nouvelles infections du VIH ainsi que les décès liés au sida, sont en train de baisser dans de nombreuses parties du monde. Pour maintenir ce cap, recommande-t-elle, « il faut renforcer les moyens de prévention et de sensibilisation d’autant plus qu’en Europe de l’est et de l’Asie centrale, les nouvelles infections au VIH ont augmenté de 60 % depuis 2010 et les décès liés au sida de 27 % »

Si nous voulons mettre fin à l’épidémie, ajoute la patronne des Nations Unies en Guinée, « nous devons d’ici 2030,  développer encore beaucoup plus d’efforts. Pour y parvenir, il faut une mobilisation encore plus accrue des ressources humaines internes et externes.»